Les atouts du Tây Nguyên n’étaient pas assez bien exploités, notamment dans l’agriculture et le tourisme. Photo : CVN
Hanoi (VNA) - Le Tây Nguyên, dont la position est aussi importante que stratégique, est considéré comme une base pour le Centre, le Sud oriental et le Sud occidental. Il possède de larges potentiels qui sont à exploiter.

À  cheval sur les provinces de Dak Lak, Dak Nông, Gia Lai, Kon Tum et Lâm Dông, le Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre), a réalisé en 2016 un Produit intérieur brut (PIB) de plus de 151.039 milliards de dôngs (6,691 milliards de dollars), avec un PIB per capita de 39,56 millions de dôngs (1.752 dollars), soit une hausse de 7,47% et 8,57% respectivement sur 2015. Cette région a mobilisé un investissement social de 78.796 milliards de dôngs (3,49 milliards de dollars) représentant une croissance annuelle de 7,25%. Son chiffre d’affaires à l’export et ses rentrées fiscales et assimilées ont connu une progression honorable. Il en est de même pour la création d’entreprises et le volume de capital social correspondant.

Entre 2011 et 2015, les provinces du Tây Nguyên ont drainé près de 266.000 milliards de dôngs d’investissement pour le développement, soit une augmentation de 11,33% en moyenne annuelle. L’investissement privé est passé de 53,4% à 69,28%. Environ 140 projets d’investissement direct étranger (IDE) ont été lancés pour près de 800 millions de dollars de capitaux. Les autorités régionales se sont fixé un objectif de quelque 230.000 milliards de dôngs d’investissement pour la période 2016-2020.

«La situation du Tây Nguyên désormais stabilisée, la priorité revient à son développement», a indiqué le ministre du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung. «Le ministère du Plan et de l’Investissement s’engage à intensifier son rôle, notamment en proposant des actions concrètes pour rendre plus attractif l’environnement de l’investissement et des affaires du Tây Nguyên, ainsi que des mesures d’assistance des entreprises. Il se rapprochera des ministères et services concernés afin de concevoir un programme destiné à favoriser le développement des provinces du Tây Nguyên, à y attirer des investisseurs, à multiplier les échanges régionaux et à mobiliser toutes les ressources pour s’assurer d’un développement rapide et durable de la région», a-t-il déclaré.

Pour attirer l’IDE au Tây Nguyên

L’investissement direct étranger reste encore très modeste au Tây Nguyên puisqu’il ne représente que 0,65% du total des projets et 0,25% de l’investissement étranger au niveau national. Pour remédier à cette situation, le ministre du Plan et de l’Investissement a proposé de rendre plus attractives les conditions d’investissement.

«Le Tây Nguyên doit adopter une nouvelle stratégie de développement de son tourisme qui doit reposer sur différentes catégories telles que l’écotourisme, le tourisme communautaire, le tourisme culturel et spirituel», a indiqué le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc. En outre, «concernant l’agriculture, il faut créer de grandes exploitations et développer une agriculture biologique. Le Tây Nguyên doit également privilégier la formation professionnelle, moderniser ses infrastructures et renforcer sa coopération avec les provinces du littoral du Centre, du Sud-Est et Hô Chi Minh-Ville afin de mieux commercialiser ses produits agricoles et attirer davantage de touristes visitant ces localités».

Le chef du gouvernement a insisté sur les avantages de cette région en termes de développement des cultures industrielles, notamment celles de poivrier et de caféier qui représentent 80% de la superficie nationale, avant de demander aux investisseurs d’exploiter les opportunités de coopération dans ce segment. Les provinces du Tây Nguyên devraient mieux promouvoir l’investissement en attirant les capitaux vietnamiens comme étrangers dans les secteurs dans lesquels elles disposent d’avantages comparatifs comme l’agriculture, les hautes technologies, les énergies renouvelables, l’agroalimentaire, l’élevage de gros bétail et le tourisme. Elles ont également été invitées à consacrer davantage d’efforts au traitement des problèmes liés au foncier, à l’afforestation et à la protection des forêts, à la production et au commerce, ainsi qu’à l’amélioration de la vie des ethnies minoritaires.

Ces dernières années, les flux de capitaux vers le Tây Nguyên ont considérablement augmenté, soutenant sa croissance comme la restructuration de son économie, a indiqué le Comité de pilotage du Tây Nguyên. L’investissement dans les cinq provinces de cette région a doublé entre 2011 et 2015 par rapport à la période 2006-2010, atteignant plus de 265.700 milliards de dôngs pour une croissance de plus de 11,3% en moyenne annuelle. Le secteur de l’agriculture, de la sylviculture et de l’aquaculture a connu une hausse annuelle des investissements de 14,89%, celui de l’industrie et de la construction, de 2,39%, et celui des services, de 12,13%.

Le Tây Nguyên entend devenir une région prospère en misant sur l’agriculture biologique, sa biodiversité et sa richesse culturelle. Photo : Hung Thinh/VNA/CVN

Le succès de la province de Dak Nông

C’est la province de Dak Nông qui a connu la plus forte progression sur ce plan : plus de 2,5 fois sur la période 2011-2015, c’est-à-dire une moyenne de 20% par an en comparaison de la précédente période quinquennale. Dak Nông compte attirer des investisseurs dans de grands projets touristiques, agricoles et sylvicoles ayant recours aux hautes technologies.

Concrètement, Dak Nông lancera un appel aux investisseurs pour certains de ses grands projets, comme l’aéroport de Nhân Co et la ligne de chemin de fer Tây Nguyên, qui seront réalisés dans la cadre d’un partenariat public-privé. Vingt-deux autres projets sont également concernés, notamment de développement urbain et de tourisme, tels que Ta Dung, Lieng Nung ou encore le réseau de grottes volcaniques du district de Krông Nô. Par ailleurs, la province souhaite attirer des capitaux dans des projets de transformation de produits agricoles et de sylviculture high-tech.

En 2016, les flux de capitaux vers les hauts plateaux du Centre ont progressé de 15,85% en un an pour atteindre plus de 76.373 milliards de dôngs. Les apports de capitaux se distinguent, par leur nature, de ceux de la période 2011-2015, avec de plus en plus de capitaux privés et étrangers, ainsi que des aides publiques au développement.

Selon le Comité de pilotage du Tây Nguyên, la proportion de capitaux publics était de 36,89% en moyenne annuelle, de capitaux privés, de près de 60%, et de capitaux étrangers, de 1,96%. Le Tây Nguyên recense actuellement 128 projets issus de l’investissement direct étranger totalisant 818,7 millions de dollars, en majorité dans l’agriculture, la sylviculture, le traitement des produits agricoles et forestiers, ainsi que les services. En 2016, la région a affiché une croissance de son PIB de 7,47%, et réalisé un chiffre d’affaires à l’export de plus de 2 milliards de dollars pour une progression annuelle de 14,86%. -CVN/VNA