Le plus grand linga-yoni d’Asie du Sud-Est. Photo : CTV/CVN
Lâm Dông (VNA) - Le sanctuaire de Cát Tiên, dans la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre), est situé dans une vallée de plusieurs centaines d’hectares s’étirant sur environ 15 km le long de la rive gauche du fleuve Dông Nai.

Le sanctuaire de Cát Tiên se trouve dans le district du même nom de la province de Lâm Dông. Ici, on a découvert des milliers d’objets précieux tels que tombes tours, idoles (statues de divinités), lingas-yonis... En 2014, ce site a été reconnu en tant que vestige national particulier. Toutefois, préserver et exploiter ses valeurs ainsi qu’attirer les touristes constituent un problème que les autorités de Lâm Dông cherchent à résoudre.

Lieu d’un culte brahmanique

Le sanctuaire de Cát Tiên a été découvert par hasard lors d’une enquête ethnographique du musée de Lâm Dông en 1984. Dès sa découverte, les archéologues vietnamiens ont estimé que ce lieu pourrait être une cité religieuse, la «capitale» d’un ancien royaume oublié.

D’après Nguyên Van Tiên, vice-président du Comité de gestion du site de Cát Tiên, «lors de plusieurs fouilles, on a découvert les traces de temples et de tombes en forme de tour, de maisons longues, de chemins de pierre, de chéneaux. Il s’agit aussi de nombreux objets en or, argent, cuivre, fer, gemme, céramique, pierre…». Parmi ceux-ci, les plus notables sont des statues du dieu hindou Ganesa, de la déesse indienne Uma, des morceaux de reliefs raffinés en or sculptés avec des images de dieux et de mascottes qui portent l’empreinte du brahmanisme.

«Plus de 265 morceaux de reliefs raffinés en or ont été découverts, avec des thèmes portant sur la croyance et la religion, ou des écritures anciennes. On a aussi trouvé des statues de dieux comme la trinité des déités hindoues majeures Brahmā-Vishnou-Shiva, Indra, Surya, Lakshmi, Uma, Ganesa», a informé Nguyên Van Tiên.

Les scientifiques ont également découvert plusieurs ensembles de linga-yoni, dont le plus grand d’Asie du Sud-Est, en grès, d’une hauteur de 2,1 m ; un linga en cuivre d’une hauteur de 52 cm et d’un diamètre de 25 cm pour un poids de 9 kg ; et le plus grand linga en quartz du Vietnam, d’une hauteur de 25 cm pour un poids de 3,45 kg. Les chercheurs considèrent que le grand ensemble linga-yoni releverait probablement du temple principal du site.

Compte tenu de la nature de ces découvertes, les scientifiques ont déterminé que ce lieu était un sanctuaire brahmanique datant du VIIe au XIe siècle, qui s’étendait sur 120 km². Il s’agit d’un véritable «trésor historique et culturel».

Dès la découverte, les autorités se sont intéressées à la préservation et à l’exploitation des valeurs de ce site, notamment en organisant de nombreux colloques à Lâm Dông réunissant des centaines de scientifiques vietnamiens et étrangers. Actuellement, la priorité revient aux travaux de préservation. À ce jour, plus de 1.000 objets découverts ont été transférés au musée de la province de Lâm Dông pour conservation, mais aussi pour des expositions au grand public.

D’énormes potentiels touristiques

Les autorités provinciales ont apprécié à leur juste valeur les potentiels touristiques de cette zone de vestiges. Situé à 190 km de Dà Lat (Lâm Dông) et à 180 km de Hô Chi Minh-Ville, le sanctuaire de Cát Tiên s’inscrit parfaitement dans les circuits touristiques reliant des localités dans la région comme Dà Lat, Hô Chi Minh-Ville, des provinces du Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre) et du Sud oriental.

Selon le Service de la culture, des sports et du tourisme de Lâm Dông, le site de Cát Tiên reçoit chaque année des milliers de touristes vietnamiens et étrangers.

«Cette zone de vestiges est l’une des fiertés de la population du district de Cát Tiên. La maison d’exposition, en travaux, devrait être achevée à la fin de cette année. Elle présentera au public des milliers d’objets qui devraient attirer davantage de visiteurs», a affirmé Trân Đình Thái, vice-président du Comité populaire du district de Cát Tiên. -CVN/VNA