Le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc. Photo: VNA
 

Hanoi (VNA) - Le Premier ministre Nguyen Xuan Phuc a appelé à une implication de l'ensemble du système politique et de la société dans la lutte contre l​a crim​inalité relative aux drogues, ​dont les récentes évolutions s'avèrent complexes.

Présidant une téléconférence nationale sur le contrôle des drogues à Hanoi le 23 décembre, le Premier ministre a exprimé son inquiétude devant le fait que, malgré la découverte et la sanction stricte de nombreu​ses ​affaires de drogue, l​a criminalité ​en matière de stupéfiant ne diminu​ait toujours pas, et que ​la consommation de drogues chez les jeunes ​était en hausse, notamment dans des villes comme Hanoi, Ho Chi Minh-Ville, Binh Duong, Dong Nai et Vung Tau.

Sans des actions fortes et drastiques, la situation deviendra grave, a-t-il averti, ajoutant que de nouveaux types de drogues, en particulier synthétiques, sont non seulement introduites clandestinement dans le pays, mais aussi produites à Hanoi depuis peu.

Le Quy Vuong, vice-ministre de la Sécurité publique, a déclaré que l'héroïne et les drogues de synthèse sont introduites en contrebande au Vietnam depuis l'étranger, en particulier dans les régions frontalières du nord-ouest et du centre septentrional. Notamment, le trafic de drogue depuis le Laos a augmenté cette année de 4,6 fois ​en un an, ​en utilisant, en outre, des astuces de plus en plus sophistiquées.

Selon lui, le commerce illégal et le transport de drogues synthétiques, en particulier ​de méthamphétamine, ont augmenté par rapport à l'année derni​ère, principalement en provenance de Chine, du Laos, du Cambodge et des pays d'Afrique de l'Ouest. Au total, 19.333 affaires liées à la drogue ont été découvertes en 2016, ​donnant lieu à l'arrestation de plus de 31.000 suspects.

Il a également signalé qu'il y a près de 211.000 toxicomanes dans le pays, en hausse de 10.600 ​sur 2015.

Le vice-ministre du Travail, des Invalides et des Affaires sociales, Nguyen Trong Dam, a déclaré que de nombreuses localités doivent encore accorder de l'attention aux ​tâches de désintoxication.

Dans les provinces septentrionales de Dien Bien, Lai Chau et Nam Dinh, le financement des travaux ne répond qu​e de 2 à 4% de la demande, alors que le personnel des centres de désintoxication manque de compétences nécessaires.

Plusieurs centres sont surpeuplés, ce qui rend plus facile ​la fuite des toxicomanes, a-t-il dit.

La ministre de la Santé, Nguyen Thi Kim Tien, a déclaré que les toxicomanes dans de nombreuses localités ont accès à de la méthadone, ​soit 63% de l​'objectif, avant de promettre d’offrir des médicaments et ​une formation au personnel médical.

Pour conclure, le Premier ministre a demandé aux gardes-frontières et aux gardes-côtes, ainsi qu'aux forces policières, d'intensifier les mesures de répression des crimes liés à la drogue, et de prononcer des peines sévères à l'encontre des chefs ​de réseaux ou de bandes.

Le ministère du Travail, des Invalides et des Affaires sociales ​a été invité à multiplier les modèles de désintoxication ​en ​société, tandis que le ministère de la Santé doit appliquer davantage les traitements efficaces.

Le chef du gouvernement a demandé aux localités d'allouer des fonds suffisants pour ce travail. Les médias sont responsables de sensibiliser le public au danger des drogues, et les organismes compétents devront revoir leurs politiques de désintoxication ​afin que celle-ci soit efficace. -VNA