jeudi 17 août 2017 - 06:40:57

Le nouveau ministre des Sciences et des Technologies veut aller plus loin

Imprimer

Hanoi (VNA) - Chu Ngoc Anh, nouveau ministre des Sciences et des Technologies, a fait part à la presse de ses ambitions pour ce nouveau mandat afin que ce secteur soutienne davantage le développement socio-économique.

Le Vietnam préconise de développer intensivement les sciences et les technologies en faisant l’objet d’une politique nationale réellement de premier ordre, conformément aux lignes développées pendant le XIIe Congrès du Parti communiste du Vietnam (PCV). Les sciences et les technologies doivent être les plus importants facteurs de développement de forces de production modernes et d’une économie du savoir. Et ce dans le but d’élever la productivité, la qualité, l’efficience et la compétitivité de l’économie nationale et de protéger l’environnement tout en garantissant la défense et la sécurité nationale. Pour parvenir à cet objectif, le ministre des Sciences et des Technologies, Chu Ngoc Anh, s’est engagé à redoubler d’efforts afin que ce secteur participe directement et pleinement à la croissance de l’économie nationale.

Le ministre des Sciences et des Technologies, Chu Ngoc Anh. Photo: most.gov.vn

- Quelles sont vos impressions après votre nomination en tant que ministre des Sciences et des Technologies ?

J’en suis très honoré, tout en ayant une conscience claire de mes grandes responsabilités envers notre pays, notre peuple et, bien sûr, le milieu scientifique. Je comprends que le Parti et l’État attendent beaucoup de ce secteur. C’est une motivation et une pression, qui exigent de ne cesser de nous renouveler afin de répondre à ces attentes. Mes prédécesseurs ont fait de grands efforts pour engager le renouvellement de ce secteur et de donner des conditions favorables à la recherche. Mais il demeure de nombreuses difficultés pour appliquer pleinement les politiques prises en ce domaine. Le chemin devant nous est long et plein d’embûches, mais je suis persuadé qu’avec l’intelligence, le dynamisme et la détermination de l’ensemble des scientifiques vietnamiens du comme hors du pays, nous parviendrons à nos buts.

- Quelles sont vos priorités pour ce quinquennat ?

L’une des priorités primordiales est de mettre en œuvre avec succès les orientations et mesures pour fortement intensifier l’activité du secteur des sciences et des technologies en respectant l’esprit de la Résolution 20 du Comité central du PCV. Il me faut agir de sorte que ce secteur participe directement et significativement à l’amélioration de la productivité et de la compétitivité du pays comme de nos entreprises, ainsi qu’à la qualité de la croissance de notre économie.

Pour moi, dans l’accomplissement de ces tâches, le facteur le plus important reste celui humain. Il faut créer des conditions favorables pour exploiter le corps de scientifiques compétents du comme hors du pays, notamment en leur assurant des conditions et un environnement de travail favorables. Il faut également investir efficacement dans les infrastructures, dont le réseau de laboratoires. De même, il est nécessaire de poursuivre la réforme de gestion au sein de ce secteur pour bénéficier au mieux de la créativité des scientifiques. Par exemple, il faut leur donner plus d’autonomie, ou encore de s’assurer d’évaluations transparentes des travaux de recherche. Enfin, je veux souligner l’importance de mener des coopérations internationales et d’accélérer les recherches en commun pour profiter de l’expérience des pays avancées.

Un nouveau modèle d’arrosage des caféiers permettant d’économiser de l’eau, présenté lors du colloque «Solutions technologiques au service de la lutte contre la sécheresse», dans la ville de Buôn Ma Thuôt. Photo: VNA
- Quel message auriez-vous à adresser au milieu scientifique ?

Je crois en l’intelligence et à la responsabilité des scientifiques vietnamiens dans leur travail et pour leur pays. J’espère donc recevoir leur soutien. Nous allons nous unir pour agir au service du développement des sciences et des technologies. J’espère recevoir l’attention du Parti et de l’État et collaborer étroitement avec d’autres ministères et services. Nous continuons de nous renouveler pour devenir une réelle force motrice du développement socio-économique du pays.

 * Pivots du développement national

Les sciences et technologies sont les pivots du développement du pays et ont contribué considérablement aux réalisations obtenues après la guerre et dans le processus de rénovation. La stratégie 2011-2020 de développement des sciences et technologies fixe comme objectif qu’en 2020, ce secteur devrait contribuer de manière significative à la croissance et à la restructuration économique, avec 45% du PIB lié directement aux produits de hautes technologies. En 2020, les investissements dans les sciences et technologies devraient représenter environ 2% du PIB national, dont trois quarts provenant des entreprises et un quart de l’État. Depuis 2000, les dépenses pour les sciences et technologies représentent 2% du budget de l’État, soit l’équivalent de 0,5% du PIB. - CVN/VNA

 

Vos commentaires sur cet article ...
Autres