jeudi 24 août 2017 - 12:03:40

Le mât du Têt en pleine mer de l’archipel de Hoàng Sa

Imprimer

Le mât du Têt (cây nêu ngày Têt) est le symbole le plus ancien du Têt traditionnel des Vietnamiens car il se rapporte toujours à une légende populaire à fort caractère humain.

Le dressage du mât du Têt est une coutume ancestrale du Vietnam qui s’affaiblit actuellement. Mais cette tradition est encore préservée sur l’ile de Ly Son, province de Quang Ngai, le mât du Têt est planté pendant le Têt, servant à faire peur aux diables, à rendre un hommage posthume aux ancêtres et à souhaiter une année abondante à l’exploitation au large des pêcheurs.

Pendant les derniers jours de l’année, dans la cour de Am Linh tu (pagode Am Linh), lieu de culte dédié à des anciens soldats de Hoàng Sa (Paracel) sur l’île de Ly Son est ensoleillée où des vieillards et des enfants se pressent de planter le mât du Têt.

Cette cérémonie a lieu, selon Trân Ngoc Tho, habitant de la commune An Vinh, sur l’île de Ly Son à partir du 23 décembre du calendrier lunaire, premièrement, au tombeau Tân dédié au génie Nam Hai, dans la commune d’An Vinh et le lendemain, dans l’ensemble de 24 pagodons sur l’île.

Cependant, le mât du Têt n’a dressé qu’à l’après- midi du 30 décembre du calendrier lunaire chez les habitants et il est fait d’une longue tige d’un vieux bambou, tout droite et sans feuilles (sauf à la cime), au sommet est attaché comme offrandes, une touffe de feuilles de bambou et une oriflamme sur laquelle sont écrits des vœux pour une nouvelle et bonne année, un rameau de cactus ou de banian ou une corbeille de papiers votifs, d’aréquier et du bétel, du riz et du sel, et un bouquet d’ail.

Quand le mât du Têt soit planté, un repas copieux est présenté à l’autel devant le mât par des habitants de Ly Son, aux rites traditionnels. Le culte au «mât du Têt» est une occasion pour les descendants et les familles de l’île de Ly Son de rendre un hommage posthume à leurs ancêtres qui ont décédé en pleine mer, lorsqu’ils partaient il y a des centaines d’années, en bateau vers les archipels de Hoàng Sa (Paracel) et Truong Sa (Spratly) planter des bornes et protéger la souveraineté nationale. Le mât est dressé à nos jours, non seulement à l’intérieur des pagodes ou des habitations, mais encore sur le roof d’un navire.

À l’arrivée du Têt traditionnel, les pêcheurs de Ly Son plantent tous, un mât du Têt sur le roof de leur navire en souhaitant de bonnes choses en la nouvelle année et l’image des bateaux, ornés des drapeaux nationaux et d’un mât du têt qui naviguent au large de Hoàng Sa symbolise la force des Vietnamiens.

Selon Vo Ngoc Luong, pêcheur du hameau Tay, commune An Vinh, bien que le mât du têt du navire soit moins décoré que celui planté à domicile, il sert à affirmer la souveraineté en mer du Vietnam.

Du temps reculé, le mât du Têt est le symbole le plus ancien du Têt traditionnel des Vietnamiens car il se rapporte toujours à une légende populaire à fort caractère humain et sert de jadis à faire peur aux diables et à souhaiter une vie paisible aux habitants. En guise de la diversification des offrandes suspendues à la cime, il symbolise encore l’arbre cosmique.

La cérémonie de dresser le mât du Têt a pour signification de chasser les diables et revenants, de faire le culte aux ancêtres et de mettre fin au mal de l’année précédente. – NDEL/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres