La 8e conférence du Groupe de travail sur l’Initiative du bas-Mékong. Photo: tgvn.com.vn
Hanoi (VNA) - Le ministère vietnamien des Affaires étrangères et le Département d’État américain organisent mardi et mercredi à Hanoi, la 8e conférence du Groupe de travail sur l’Initiative du bas-Mékong (LMI, pour  Lower Mekong Initiative) et la 1re conférence du Groupe des amis de la LMI.

Environ 150 délégués débattront du plan d’action de la LMI pour la période 2016-2020, adopteront la liste des projets et des activités concrètes proposées par les pays de la LMI et les États-Unis.

La 8e conférence du groupe de travail sur la LMI doit déployer les résultats de la 8e conférence des ministres de la LMI - États-Unis en août dernier à Kuala Lumpur, en Malaisie, notamment l’adoption des documents pour mettre en œuvre des activités de coopération pour les cinq années à venir.

Cette année, l’accent sera mis sur la préservation durable des ressources naturelles communes, la sécurité de l’eau, de l’énergie et alimentaire ainsi que sur la promotion de l’égalité des sexes et l’attribution des droits aux femmes.

Les délégués devront également avancer des recommandations d’orientation en vue d’améliorer l’efficacité des activités de la LMI, discuter des modes de coordination avec le Groupe des amis de la LMI dans la mise en œuvre des projets de la LMI, la réponse aux défis qui se posent pour atteindre l’équilibre entre la sécurité hydrique, la sécurité énergétique et la sécurité alimentaire.

Lancée en 2009, la LMI est un partenariat multinational entre le Cambodge, le Laos, le Myanmar, la Thaïlande, le Vietnam et les États-Unis pour créer une coopération sous-régionale intégrée parmi les cinq pays du bas-Mékong.

La LMI sert de plate-forme pour relever les défis de développement et de politique transnationaux complexes dans la sub-région du bas-Mékong dans l’agriculture et la sécurité alimentaire; la connectivité; l’éducation; la sécurité énergétique; l’environnement et de l’eau; et la santé, et dans les domaines transversaux tels que les questions de genre. – VNA