Photo : VNA

Sa Pa (VNA)- L’inauguration en février dernier du téléphérique Fansipan – Sa Pa a eu pour conséquence d’augmenter l’afflux de touristes. Le Comité de gestion du Parc national Hoàng Liên se soucie entre autres de la question de la protection de l’environnement.

Pour de nombreux touristes, notamment les personnes âgées, il était impossible il y a encore peu de pouvoir atteindre le sommet du mont Fansipan, culminant à 3.143 m d’altitude. Le téléphérique Fansipan - Sa Pa leur permet donc de réaliser ce rêve, et ce en 15 minutes au lieu de deux ou trois jours d’escalade. Mais ce rêve a malheureusement un prix.

Le téléphérique a une capacité de transport de près de 2.000 passagers par heure, alors que le mont peut en accueillir moitié moins. L’afflux de ces centaines de visiteurs pour prendre des photos finit par représenter une menace pour l’environnement. En effet, avec la multiplication du nombre de touristes, il faut dès lors compter avec une augmentation du nombre de déchets. Et ceci aura pour conséquence de donner une image négative au site touristique, et ce même au niveau national, si rien n’est entrepris. L’essor du tourisme permet de stimuler l’économie locale, mais il est devenu impératif pour les autorités de préserver les paysages naturels.

Des initiatives et diverses mesures ont été déployées dans le Parc national de Hoàng Liên pour endiguer l’abandon sauvage des détritus. Par exemple, des techniciens viennent ramasser hebdomadairement les ordures jetées le long du mont, mais aussi dans la région avoisinante. Ces derniers doivent littéralement dégager des voies, parfois dans des zones pentues et périlleuses pour protéger l’environnement.

«Nous devons mobiliser des ingénieurs bien exercés, doté d’une solide compétence en escalade pour se charger de ce travail des plus exigeants», partage Nguyên Tât Thang,  directeur adjoint de la Compagnie des services touristiques du téléphérique  Fansipan en charge de la technique. Les employés du parc doivent également sensibiliser les visiteurs à la protection de l’environnement, et ce, depuis la gare de départ jusqu’au sommet du mont Fansipan. -CVN/VNA