Le culte des Déesses-Mères a été reconnu patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’UNESCO le 1er décembre 2016. Photo: VNA

New Delhi (VNA) -  Un festival du culte des Déesses-Mères du Vietnam a été organisé mercredi soir à New Delhi par le Conseil des relations culturelles d’Inde, en collaboration avec l’ambassade du Vietnam.

Il s’agit d’un évènement culturel s'inscrivant dans le cadre des célébrations du 45e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre le Vietnam et l'Inde et ​du 10e de leur partenariat stratégique intégral.

Dans son discours d’ouverture, l’ambassadeur Ton Sinh Thanh a ​indiqué que le culte des Déesses-Mères est considéré comme un musée vivant qui préserve l’identité culturelle des Vietnamiens et présente leur vie spirituelle quotidienne.

Le culte des Déesses-Mères du Vietnam sera également présenté au Centre commercial et d’exposition Dilli Haat INA le 23 février, puis dans la ville de Guwahati, Etat d’Assam (Nord-Est) le 25 février, et enfin, dans la ville de Calcutta, Etat du Bengal occidental (Est), le 27 février.

Le culte des Déesses-Mères a été reconnu patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’UNESCO le 1er décembre 2016.

Cette cérémonie de culte des Déesses-Mères, une croyance purement vietnamienne, date des IIe – IIIe siècles avant J.-C. Un rite qui prend sa source dans la coutume de culte de la Déesse du Riz et de la Déesse-Mère (époque du matriarcat). Selon les historiens, du fait que leur existence était sous la dépendance des éléments naturels, les Vietnamiens d’antan vénéraient les esprits capables de les protéger, regroupés sous le vocable de «Déesses-Mères». Celles-ci géraient chacune une sphère de l’Univers : le Ciel, la Terre, les Eaux, les Forêts et Montagnes.

Au panthéon vietnamien figurent quatre Déesses-Mères dirigeant l’Univers : celle du Ciel (Mâu thuong thiên), celle de la Terre (Mâu Dia), celle des Eaux (Mâu Thuy), celle des Forêts et Montagnes (Mâu Thuong Ngàn). Nombreuses sont les légendes qui racontent la naissance et l’existence mystérieuses de ces divinités.

Né dans le Nord du pays, le culte des Déesses-Mères a essaimé dans de nombreuses localités du Centre et du Sud. On dénombre plus de 7.000 lieux de culte, notamment dans le Nord (provinces de Lang Son, Hanoï, Nam Dinh, Thanh Hoa...).  Lors des fêtes traditionnelles, les pèlerins prient pour la chance, la richesse, la paix et la prospérité. -VNA