Trà Vinh est une des localités abritant le plus de Khmers du delta du Mékong. La province est un précieux trésor culturel, car elle possède moult ouvrages très originaux, dont 140 pagodes khmères.

On trouve des pagodes khmères un peu partout dans les localités du delta du Mékong. Trà Vinh arrive néanmoins largement en tête, avec quelque 140 édifices de la sorte. Cette province est en effet le principal lieu de culte et de pèlerinage pour les Khmers du pays, et est le théâtre d’une pléthore d’activités culturelles de cette ethnie. L’on pense notamment aux grandes fêtes annuelles comme Chol-Chnam-Thmây, Dol-ta, ou encore Ok-Om-Bok. Peu importe l’époque où elles ont été dressées, ces pagodes arborent, sans exception, ce charme caractéristique de la culture khmère du delta du Mékong. Les quatre les plus connues sont les pagodes d’Âng, de Hang, de Co et de Vàm Rây. Suivez le guide !

Pagode d’Âng 


La pagode d’Âng

Angkorajaborey est l’autre nom de la pagode d’Âng. Située à 5 km de la ville de Trà Vinh, elle longe l’autoroute 53. Construite au Xe siècle et restaurée en 1842, Angkorajaborey est la plus vieille pagode de la province de Trà Vinh et arbore une architecture caractéristique.

L’édifice mélange harmonieusement l’art de la décoration très perfectionné des Khmers du Vietnam et d’Angkor du Cambodge. Outre son architecture originale, la pagode d’Âng offre aux visiteurs un espace paisible et agréable grâce à son jardin ombragé par des centaines d’arbres séculaires.

Pagode de Hang 


La pagode de Hang

La pagode de Hang, "Kompông Chrây" en khmer, se trouve à proximité immédiate de l’autoroute 54 du district Châu Thành et à 4 km de la ville de Trà Vinh. Elle porte le nom "Hang" ("caverne" en vietnamien) pour la simple et bonne raison que son portail a été creusé dans la roche à 12 m de profondeur.

Bâtie il y a plus de 300 ans, la pagode de Hang est un bel ouvrage trônant dans un grand jardin verdoyant de 2 ha. Elle est bercée par le chant de milliers d’oiseaux qui y ont élu domicile.

Le lieu est réputé pour abriter un immense atelier de sculpture du bois. L’on peut y voir des souches d’arbres qui, sous les mains habiles et perfectionnées des bonzes de la pagode, se muent en des statues d’animaux plus étonnantes les unes que les autres. Beaucoup de touristes s’y arrêtent pour admirer le talent de ces bonzes.

Pagode de Co