La province de Phu Tho (Nord) se prépare à soumettre à l’UNESCO un dossier de candidature en vue d’une inscription du chant xoan (chant printanier) parmi les patrimoines culturels immatériels de l’humanité en lieu et place des patrimoines immatériels nécessitant une sauvegarde urgente.

Ce dossier a été achevé pour l’essentiel. Phu Tho continuera de consulter les experts et les organismes concernés pour le parachever avant de le soumettre à l’UNESCO à la mi-novembre prochain, a fait savoir le vice-président du Comité populaire provincial Hà Kê San.

Les chants xoan se produisaient dans des lieux sacrés comme les temples ou les maisons communales lors des fêtes de printemps. Photo:VNA
Inscrit en 2011 sur la Liste du patrimoine immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, le chant xoan ou encore chant "cua dinh" (chant à  l’entrée de la maison communale) est un art du spectacle, lié à des rites et à des croyances, combinés à des chants d’amour alternés entre hommes et femmes.

À l’arrivée du printemps, à l’occasion du Nouvel An ou lors des fêtes de village, artistes et amateurs chantaient pour honorer les rois fondateurs Hùng, les génies tutélaires des villages, la nature, la vie et le travail. Au-delà de leur chant se dégageait aussi leur aspiration à bénéficier d’un temps clément pour les cultures ainsi que d’abondantes récoltes.

À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, le chant xoan était pratiqué assez régulièrement.  Mais il fut un temps négligé et menacé de disparition, du fait de l’évolution des pratiques sociales et du milieu social ainsi que d’une guerre prolongée, avant d’être restauré et à nouveau pratiqué, grâce à la volonté et à la participation active de ses détenteurs à Phu Tho.

Ces quatre dernières année marque tout un processus, une avancée dans la sauvegarde du chant xoan de la province de Phu Tho. Le chant xoan a été rapidement sauvegardé par des mesures concrètes, s'est félicitée la Docteure Lê Thi Minh Ly, directrice du Centre de recherche et de valorisation des patrimoines, relevant de l’Association des patrimoines vietnamiens.

De quatre guildes de musique xoan en 2009 avec une bonne centaine de chanteuses et instrumentistes, ils étaient de près de 200 en août dernier. Les 31 répertoires xoan, l’art d’interpréter le chant xoan ancien et ses bons usages ont été recueillis et transmis aux nouvelles générations.
La préservation du chant xoan passe en grande partie par sa transmission aux jeunes. Photo: VNA
Nous avons rétabli aujourd’hui presque toutes les formes d’interprétation du chant xoan. Phu Tho conserve précieusement tous les documents concernant cet art. La province veille à entretenir les lieux, pagodes et temples, qui sont liés à ce patrimoine classé par l’UNESCO, a indiqué le directeur de l’Académie nationale de musique du Vietnam, Nguyễn Bình Định.

Les autorités et les services compétents de Phu Tho poursuivent leurs études afin d’enseigner le chant xoan dans les écoles et le présenter lors des programmes artistiques dans le pays et à l’étranger, a-t-il ajouté.

Bien que les membres des quatre associations de xoan de Thét, An Thái, Kim Đới et Phù Đức atteignent le grand âge, ils transmettent activement aux nouvelles générations la source du chant xoan qui est encore vivace dans leur mémoire. Ils ont formé 62 artisans et plus de 100 enseignants spécialisés.

Outre le renforcement de la sensibilisation sur le chant, l’organisation des cours pour former les chanteurs professionnels de demain et la coopération avec des guildes de chant xoan pour former des enseignants spécialisés, nous menons des recherches, réunissons des documents sur ce chant et l’introduisons dans les établissements scolaires, a informé Hà Kê San.

À ce jour, 23 clubs réunissant plus de 1.000 membres ont été fondés, contre 12 clubs comptant 298 membres en 2010, afin d’entretenir la viabilité du chant xoan dans la province en permettant à la communauté de poursuivre sa pratique et sa transmission.

La province a restauré le temple Lãi Lèn où, selon la légende, les rois Hùng eurent appris aux habitants de Phu Tho ce chant, ainsi que les temples Thét, Phù Đức et An Thái – autant d’espaces de représentation du chant xoan, et ouvert des classes ​de xoan.

Pour la préservation durable du chant xoan, Phu Tho a élaboré le projet de préservation et de valorisation de ce patrimoine pour la période 2013 - 2020. Ce projet, d’un budget prévu de 165 milliards de dôngs a été approuvé par le gouvernement. – VNA