Hanoi (VNA) - Nguyên Trong Nhân, jeune batteur de 9 ans, vient de remporter la finale de Vietnam’s got talent 2016. Un talent rare et exceptionnel qui augure une carrière des plus prometteuses, selon les jurés. Et pour le bonheur aussi de sa famille mélomane.

Victorieux, le jeune batteur Nguyên Trong Nhân laisse éclater sa joie. Photo : CTV/CVN
Une chanson rock a suffi pour faire basculer le destin de Trong Nhân. En interprétant Ngon lua cao nguyên (Le feu sur les ​hauts plateaux), le tout jeune natif de Dà Lat, province de Lâm Dông (Hauts plateaux du Centre), a soufflé aux trois autres finalistes la première place et est devenu le grand gagnant de l’édition 2016 de Vietnam’s got talent. Le jury, convaincu à l’unanimité, et les spectateurs ont plébiscité le benjamin de l’émission, visiblement conquis par ses talents de batteur.

Une victoire qui finalement était des plus logiques. Dès les phases éliminatoires, Nhân avait su se distinguer des autres, tant par son look avec ses cheveux longs et affublé d’un bandeau rouge, que par son talent des plus précoces. Les jurés l’avouent : le garçon de 9 ans joue de son instrument avec une facilité déconcertante, comme si c’était un simple jouet. Sans pression, ni trac, pourtant si courant chez les candidats de son âge.

Une pluie de compliments

Justement, pendant cette première phase, son interprétation de Nightmare du groupe de heavy metal américain Avenged Sevenfold avait impressionné les membres du groupe. Ils n’ont pas hésité un instant à publier la vidéo du petit prodige sur leur page Facebook suivie par plus de 17.000 fans. «Nous sommes sûrs de venir te visiter entre 2017 et 2018», a publié Avenged Sevenfold le 15 mai dernier sur leur mur.

Et déjà à ce moment-là, le jury avait repéré le formidable potentiel de Trong Nhân. Son style et sa maîtrise de la technique ont notamment tapé dans l’oeil du musicien Huy Tuân, un des jurés réputé pour son extrême exigence. Il n’a pas ménagé ses paroles. «Je participe au jury depuis quatre éditions, mais tu es le premier à me pousser hors de mon fauteuil et me faire déhancher juste après les dix premières secondes de ton interprétation. C’est super !».

Tout de suite, Huy Tuân a utilisé son droit exclusif de faire propulser le jeune batteur directement en demi-finale, sans attendre l’avis des deux autres jurés. Le chanteur Bang Kiêu, justement un autre juré, a apprécié sa capacité à dompter parfaitement les rythmes. «En le voyant se produire passionnément sur scène, je pense que son talent coule dans ses veines», glisse-t-il. Le compositeur Duc Tri, directeur artistique de Vietnam’s got talent, a estimé que Nhân est «un musicien particulier et rare qui a une maîtrise exceptionnelle des rythmes de percussions». Trong Nhân est parfaitement à l’aise pour réaliser des «doubles clicks», c’est à dire d’utiliser en même temps la double pédale.

Un artiste accompli sur scène, et qui met littéralement le feu. Photo: CTV/CVN
Une passion devenue une carrière

Avant de réussir au Vietnam’s got talent, Trong Nhân a remporté en 2014  le premier prix du concours télévisé Enfants talentueux de la chaîne VTC 11 et a triomphé lors de plusieurs autres concours de talents pour les enfants. «La batterie, c’est l’instrument que j’adore. Quand j’en joue, je me sens comme un sportif, et je suis toujours enthousiaste», confie le garçon affichant un grand sourire.

Une passion qui remonte dès le plus jeune âge. Son père, Nguyên Trong Nghia, raconte qu’à l’âge de trois ans, Nhân avait déjà commencé à user des pédales. La famille avait ouvert l’époque un petit café à proximité, où chaque soir, le père invitait ses amis artistes pour quelques jam sessions. Profitant de chaque pause, le petit Nhân profitait pour se glisser et jouer de la batterie à l’improviste, non sans se faire remarquer.

«C’était une soirée d’été, quand mes amis ont fait une pause. Nhân, âgé alors de 4 ans, est monté sur scène et a réalisé un slow pop chaudement applaudi par les spectateurs. Je me suis décidé par la suite de l’inscrire à des cours le week-end», se souvient le père. Après sa victoire au télé crochet, Nhân a reçu de nombreuses invitations pour se produire dans sa ville, mais également à Hô Chi Minh-Ville, Hanoi ou encore Dà Nang (Centre). Son père a décidé de lui faire suivre des formations officielles dans le domaine de la musique.

«Le garçon à la tête de champignon et aux dents de lapin», comme surnommé par les téléspectateurs, n’a sans doute pas fini de faire rutiler les timbales et de mener à la baguette le rock vietnamien. - CVN/VNA