Huê (VNA) – La province de Thua Thiên-Huê (Centre) a transformé la célèbre Cité impériale de Huê en attraction nocturne. L’ancien palais présente des spectacles reflétant la vie au temps de la splendeur de la dynastie des Nguyên (1802-1945).
 
La Cité impériale en soirée. Photo : CVN

Passée une certaine heure, Huê a la réputation d’être une ville endormie, même sombre. Il n’y a pas ou peu de vie nocturne à proprement parler, à l’exception de quelques bars et cafés ci et là. Mais depuis avril dernier, la ville a décidé d’ouvrir la Cité impériale pour accueillir les touristes en soirée, de 19h00 à 22h00.

Plus de sept décennies après la fin du règne de près d’un siècle de la dynastie des Nguyên, l’ancien palais est enfin sorti de l’ombre pour devenir une attraction nocturne, en invitant les visiteurs - toutes nationalités confondues - à admirer l’architecture impressionnante ainsi qu’à sentir la vie royale de la dernière dynastie féodale au Vietnam.

Cette initiative du Centre de préservation des vestiges de Huê a été accueillie favorablement par les habitants locaux et les visiteurs. «Elle répond à un double objectif : faire découvrir la beauté splendide des palais royaux d’antan dans une ambiance nocturne et mystérieuse, ainsi que favoriser l’accueil du public en soirée lorsque les températures estivales sont plus fraîches qu’en journée où ces dernières peuvent atteindre parfois 39-40°C», selon M. Hai, directeur dudit centre.

Un banquet artistique royal

Inspiré par le spectacle «Nuit impériale» qui se déroule pendant le Festival biennal de Huê, le programme «la Cité impériale de la nuit»  est une version quotidienne qui comprend un banquet artistique royal.

En effet, chaque soir, les visiteurs ont l’occasion de profiter d’une expérience unique en assistant à des rituels royaux anciens, des danses traditionnelles et des représentations artistiques en tout genre.

Tous les soirs, la reconstitution de la patrouille royale, à 19h00, est le premier tableau à accueillir les visiteurs lorsque ces derniers entrent par la porte principale du pavillon Ngu Phung. Les figurants sont habillés en mandarins ou en soldats, ou tout autre costume reflétant la vie sous la dynastie des Nguyên. Ils interprètent des scènes de la vie de la cour accompagnées de musique traditionnelle.

Derrière le pavillon Ngu Phung, les visiteurs peuvent également se rendre dans la cour du palais Thai Hoà, où les principaux mandarins y travaillaient le matin. La cour accueille dorénavant des spectacles de nha nhac (musique de cour), genre qui a été reconnu en 2003 patrimoine culturel immatériel de l’Humanité.

Ceux qui choisissent de rester dans la cour pourront continuer à regarder les répétitions d’arts martiaux des soldats de la garde royale de Tu Câm Thành (Cité pourpre interdite). Près du palais Kiên Trung, derrière le palais Thai Hoà, les visiteurs ont également l’opportunité d’écouter le chant Huê. C’est une variation de la musique royale comprenant paroles et chants folkloriques, généralement composés par les membres de la famille royale et les poètes d’antan.

Ces représentations, considérées comme étant davantage authentiques, mettent en vedette les instruments vietnamiens traditionnels comme le dàn tranh(cithare à 16 cordes), dàn nhi (violon à deux cordes), dàn nguyêt (luth en forme de lune) et sanh tiên (clapets en bois). Une des caractéristiques particulièrement attrayantes de cette musique réside dans les clapets de tasse à thé qui fournissent un accompagnement rythmique, créant un son unique semblable au claquement des mains.

En outre, une pièce de danse qui se jouait pour la famille royale est organisée tous les soirs au palais Truong Sanh. Situé loin de l’entrée, ce lieu nécessite toutefois une longue marche d’approche. Idéal pour tous les amateurs de culture en quête d’un peu d’intimité.
 
Les figurants qui sont habillés en mandarins ou en soldats interprètent des scènes de la vie de la cour accompagnées de musique traditionnelle. Photo: CVN

Une citadelle sublimée

Pour celles et ceux qui veulent se mêler à l’expérience, il est possible de participer aux jeux royaux dont le Dâu hô, un jeu très attrayant des mandarins d’autrefois consistant à jeter des flèches de bambou dans des vases à col étroit. Les joueurs se situent à environ cinq mètres devant les vases et jettent les flèches. Différents vases sont utilisés, selon le niveau de difficulté.

Lors de la visite de la Cité impériale en soirée, l’une des meilleures choses à faire est de réserver du temps pour marcher et contempler la Cité impériale de l’extérieur. C’est également la meilleure partie de la visite de la citadelle de nuit. Regarder les monuments illuminés avec ce large spectre de couleurs confère au lieu un côté mystérieux. «C’était une expérience inoubliable. Les spectacles étaient intéressants. Nous n’aurions pas imaginé, il y a quelques décennies, qu’une telle ambiance puisse régner ici», a partagé Nguyên Van Minh, venu de Hanoï. 

Selon un sondage du Service du tourisme de Thua Thiên-Huê, depuis son lancement, «la Cité impériale de nuit» a dopé le tourisme local. «Lancé à la fin du mois d’avril, le programme a attiré chaque nuit entre des milliers de visiteurs», a informé Phan Thanh Hai, directeur du Centre de préservation des vestiges de Huê.

La Cité impériale de Huê, classée par l’UNESCO au patrimoine culturel de l’Humanité, est un haut lieu touristique. Sa construction commença en 1805 sous le règne du roi Gia Long, fondateur de la dynastie des Nguyên, et se termina en 1832, sous celui du roi Minh Mang. Deux-cents ans se sont écoulés mais 140 vestiges du site sont encore là. – CVN/VNA