Hô Chi Minh-Ville (VNA) - L'augmentation continue du nombre de passagers aboutit à une surcharge alarmante de Tân Son Nhât, l’aéroport international de Hô Chi Minh-Ville. Si plusieurs mesures provisoires ont été prises, c’est le grand projet d’agrandissement de l’aéroport sur le terrain militaire qui est le plus attendu.

Queue à une porte d’embarquement de l’aéroport de Tân Son Nhât, à Hô Chi Minh-Ville.


En 2016, le transit de passagers à l’aéroport international de Tân Son Nhât s’est élevé à environ 32,5 millions de personnes, contre sa capacité initiale prévue de 25 millions de passagers par an, et il pourrait atteindre jusqu’à 45 ou 49 millions entre 2018 et 2020.

Si en 2015, la fréquence n’atteignait que 35 vols aux heures de pointe, l’année dernière, la situation s’est aggravée avec un pic à 42 vols, entraînant souvent des attentes de 15 à 30 minutes, voire plus d'une heure.

En outre, cette surcharge entraîne des blocages immédiats non seulement à l’intérieur de l’aéroport, mais aussi à l’extérieur, et les administrations concernées ont dû élaborer trois solutions en urgence. La première est d’exploiter le terrain de golf situé au nord de l’aéroport pour porter sa capacité annuelle à 60 millions de passagers, après 10 à 15 années de travaux. La deuxième consiste à créer deux taxiways et à construire deux terminaux T3 et T4 pour une capacité d'accueil chacune de 10 millions de passagers par an, portant la capacité annuelle de l'aéroport à 43-45 millions de voyageurs, après des travaux de 8 à 10 ans. Et la troisième est d’utiliser 21 ha du terrain militaire qui jouxte l’aéroport au nord également, pour une même capacité que la deuxième solution, mais pour des travaux de 3 ans seulement.

Un ministère de la Défense très coopératif

En janvier 2017, le vice-Premier ministre Trinh Dinh Dung a proposé de choisir la troisième solution, laquelle prévoit également la construction des terminaux T3 et T4, afin de la proposer au Premier ministre Nguyên Xuân Phuc avant le 25 février.

Attente dans le hall principal de l’aéroport.


Le terrain militaire proposé par le ministère de la Défense permettra à Tân Son Nhât d'avoir 30-35 postes de stationnement des avions de plus, portant ce nombre total à 80, pour une capacité annuelle de 40-45 millions de passagers. Aujourd’hui, l’aéroport ne possède qu’un tarmac de 50 places, contre un besoin réel de 67. "La construction de nouvelles infrastructures sur ce terrain permettra d’accueillir de 30 à 35 avions de plus sur le tarmac", informe Lai Xuân Thanh, chef du Département de l’aviation. Le coût prévisionnel de cette opération est estimé à environ 19.700 milliards de dôngs, soit près de 818 millions d’euros, pour cette solution qui s’avère la plus rapide comme la moins onéreuse.

«Cette solution, qui est provisoire, sera réalisée immédiatement, compte tenu de ce que la construction des terminaux T3 et T4 est en attente d’une autorisation du gouvernement», explique Lai Xuân Thanh.

Par conséquent, vers le début de 2018, la saturation actuelle de Tân Son Nhât sera plus ou moins résolue, car plusieurs infrastructures entreront en service : le tarmac supplémentaire et les deux autoponts à l’extérieur de l’aéroport, ce à quoi il faut ajouter l’ouverture d’un nouvel accès à l’aéroport dans l’arrondissement de Gò Vâp.

«Les problèmes actuels de tarmacs et de taxiways seront résolus, mais avec le fort développement du tourisme, l’aéroport atteindra sa capacité maximale de 45 millions de passagers dès 2020, et ce sera son plafond, prévient Lê Manh Hùng, directeur de la Compagnie générale des aéroports du Vietnam (ACV). Mais en attendant la construction de l’aéroport international de Long Thành, dans la province de Dông Nai (Sud), cette opération suffira», confie-t-il. -CVN/VNA