Hanoi (VNA) - La restructuration est indispensable à la croissance économique, selon le nouveau rapport sur la situation économique du Vietnam rendu public ce lundi 5 décembre à Hanoï par la Banque mondiale (BM).

Cérémonie de publication du rapport pour le Vietnam de 2016, le 5 décembre à Hanoï. Photo : Mai Huong/CVN

Selon ce document, l’économie vietnamienne est stable grâce à une forte demande domestique et une croissance du secteur manufacturier et de la transformation pour l’exportation. Les perspectives à moyen terme du Vietnam sont positives. Cette année, la croissance du pays devrait atteindre 6%, même si, toutefois, il demeure plusieurs risques.

La croissance du Vietnam a connu une légère baisse à 5,9% lors des trois premiers trimestres de cette année, dont les causes sont une grave sécheresse et une diminution de l’extraction de pétrole brut. Cependant, les facteurs essentiels de maintien d’une croissance, comme une forte demande intérieure et la stabilité du secteur manufacturier et de la transformation pour l’exportation, ont remédié à ces difficultés.

«La croissance du Vietnam a atteint l’objectif fixé grâce à une faible inflation et une augmentation du compte courant», a indiqué Sebastian Eckardt, économiste en chef de la BM.

«La stabilité macroéconomique au Vietnam est un environnement favorable pour les planificateurs de renforcer la restructuration. Il s’agit de la condition indispensable afin de mettre en œuvre un modèle de croissance basé sur le rendement», a indiqué Ousmane Dione, directeur national de la Banque mondiale au Vietnam. «Le plan de restructuration économique pour la période 2016-2020, qui a récemment été adopté par l’Assemblée nationale vietnamienne, résoudra les problèmes de croissance économique», a-t-il ajouté.

Plusieurs risques pour l’économie

Le rapport mentionne que le Vietnam pourrait faire face à des risques à moyen terme. L’excédent de dépenses est élevé. Cependant, le gouvernement continue de s’engager dans la consolidation des politiques financières de moyen terme. Par ailleurs, la souplesse des politiques monétaires et la croissance du crédit pourrait entraîner une augmentation des risques sur le plan macroéconomique et celui des finances publiques. Les perspectives à moyen terme dépendent de quelques risques dont le retard dans la mise en œuvre de la restructuration et de la réforme du secteur de la finance lato sensu, le tassement de l’économie globale et la possibilité d’une hausse des taux d’intérêts par la FED.

Le secteur agricole du Vietnam fait face à de grands défis. Photo : Hô Câu/VNA/CVN


Le rapport aborde les orientations du secteur de l’agriculture afin d’apporter une valeur économique aux consommateurs et aux agriculteurs, de réduire le manque de ressources naturelles et humaines, et de limiter la pollution atmosphérique.

«Le Vietnam a besoin, aussi, de développer des marques, d’élever la valeur ajoutée et baisser le coût des intrants de ses produits agricoles afin de renforcer leur exportation», a insisté Sergiy Zorya, économiste en chef du secteur de l’agriculture de la BM.

Le secteur agricole du Vietnam a abouti à des résultats encourageants qui ont contribué à atteindre les objectifs fixés en termes de sécurité alimentaire, de lutte contre la pauvreté et de stabilité sociale. Cependant, il y a des inquiétudes en matière de qualité et de stabilité de la croissance dans le secteur de l’agriculture vietnamienne. Le rapport estime que le gouvernement vietnamien a un rôle important dans le développement agricole. -CVN/VNA