Les provinces de Kon Tum, Gia Lai et Dak Lak ont déclaré l’état de catastrophe de niveau 1. Photo: VNA

Hanoi (VNA) - Plusieurs agriculteurs des hauts plateaux du Centre ont installé un système d'arrosage au goutte-à-goutte dans leur champs alors que la sécheresse s’aggrave.

La technologie du goutte-à-goutte est la plus avancée, mais aussi la plus économique pour les exploitants : elle consiste à apporter la quantité d'eau optimale aux plantes, eau qui est délivrée à proximité immédiate des racines.

Le coût d’installation d’un tel système est d’entre 20 et 30 millions de dôngs par hectare. Il permet d'irriguer tous types de végétaux, qu’ils soient plantés en pots ou en pleine terre. Chaque espèce de plante reçoit la quantité d'eau dont elle a juste besoin pour se développer.

«Maintenant, un tiers de ma superficie de poivrier, plus de 10 ha, de mon exploitation familiale est équipé d’un arrosage goutte-à-goutte. Ce système me permet d’économiser 50 millions de dôngs par saison», explique Nguyên Van Queo, agriculteur dans le district de Chu Sê de la province de Gia Lai.

Trân Van Lâm, agriculteur dans le district Chu Sê de la province de Gia Lai, expose : «J’utilise cette technique d’arrosage depuis 2013 pour mes poivriers. Elle est très pratique : baisse du temps nécessaire de soin, ainsi que des quantités d’engrais et d’insecticides».

Selon les conseils du ministère de l’Agriculture et du Développement, pour les caféiers, les agriculteurs doivent fournir de 150 à 200 litres d’eau par pied avec l’arrosage au goutte-à-goutte à goutte, de 250 à 300 litres avec l’arrosage normal, et une fois tous les 25 jours. Les engrais doivent comprendre du zinc et du bore... pour améliorer la résistance des plants à la sécheresse.

Les poivriers, qui doivent être couverts par des toiles pour les protéger du soleil en été, ont besoin d’environ 120 litres par pied une fois tous les 25 jours avec l’arrosage normal, et de 20 litres tous les 3 jours avec l’arrosage au goutte-à-goutte.

La sécheresse qui frappe plusieurs provinces des hauts plateaux du Centre, due au phénomène El Nino, a déjà provoqué d’importantes pertes. Près de 40.000 ha de caféiers, plus 2.200 ha de poivriers, et plus de 7.100 de riziculture manquent d’eau. S’il ne pleut pas dans les semaines à venir, la superficie de cultures sinistrées pourrait atteindre 167.000 ha.

Les provinces de Kon Tum, Gia Lai et Dak Lak ont déclaré l’état de catastrophe de niveau 1. Plus de 1.400 ha de cultures sont détruit à Kon Tum, et près de 26.000 ha sont endommagés à Dak Lak, dont 250 lacs environ sont totalement vides... -CVN/VNA