La province centrale de Ninh Thuân est en train de procéder à une restructuration de l’élevage. Désormais, priorité est faite aux animaux domestiques et aux volailles, la finalité numéro un restant bien sûr l’amélioration des conditions d’existence de la population.

Grâce à cette restructuration, plusieurs communes ont réussi à atteindre rapidement les critères de nouvelle ruralité.

L’élevage des moutons dans le district de Thuan Bac. Photo: baoninhthuan.com.vn
En choisissant de faire de l’élevage l’une de ses principales filières agricoles pour la période 2011-2015, la province de Ninh Thuân a voulu miser sur ses fermes et ses zones de pâturage. Elle possède actuellement un cheptel de 254.000 bêtes, essentiellement des moutons et des boeufs.  

Ces dernières années, face aux menaces de sécheresse prolongée, les autorités locales ont appelé les éleveurs à ramener les bêtes à proximité de chez eux et à les élever en semi-liberté.

Lê Quyết Thắng, vice-président du comité populaire de la commune de Nhị Hà, une commune du district de Thuận Nam, a fait savoir: « Le fait d’élever leurs animaux près de chez eux permet aux éleveurs de gagner du temps, mais aussi de mieux suivre l’évolution de leurs troupeaux, en étant mieux à mêmes de dépister d’eventuelles maladies, le cas échéant. Les bovidés se déplacent moins, ce qui leur permet de grandir rapidement. C’est un avantage qu’il faut savoir exploiter. »  

Le climat local favorise l’élevage des boucs et des moutons, qui se développe essentiellement dans les districts de Ninh Sơn, de Ninh Phước, de Ninh Hải, de Thuận Nam et de Thuận Bắc. Mais d’ici 2020, Ninh Thuân entend mettre l’accent sur  l’élevage industriel.

Pour ce faire, une zone de pâturage intensif devrait prochainement être mise en place, le but étant d’aggrandir encore le cheptel en le faisant passer à 55.000 boeufs, 35.000 boucs et 60.000 moutons.

Phan Quang Thựu, directeur adjoint du service provincial de l’agriculture et du développement rural a déclaré: « Le développement du cheptel est une tâche extrêmement importante pour l’agriculture provinciale. Il faut insiter les agriculteurs à planter de l’herbe de pâturage et à produire des aliments pour les animaux. C’est une question stratégique. Récemment, avec le soutien de l’Etat, les éleveurs ont développé des zones de pâturage. C’est une bonne orientation. »

Avec en ligne de mire le développement durable des filières ovines et caprines - l’élevage des moutons et des chèvres, donc - le service des sciences et des technologies de Ninh Thuân a mis en route un projet d’appelation d’origine contrôlée pour la viande ovine de Ninh Thuân, le but étant d’en rehausser la valeur économique et d’en développer l’exportation à l’étranger.

Dans de nombreuses communes, cette restructuration de l’élevage a amélioré et continue d’améliorer le revenu des habitants, ce en quoi elle s’inscrit en droite ligne de la nouvelle ruralité. Des milliers de familles ont consenti des journées de travail, cédé du terrain ou apporté de l’argent pour la construction des infrastructures. Cette année, 11 des communes de la province devraient d’ailleurs atteindre les normes de nouvelle ruralité.

Autre signe de cette embellie: le taux de foyers pauvres a considérablement baissé. Quant au revenu annuel par tête, il est passé de 11 millions 960 mille dongs en 2011 à près de 20 millions de dongs l’an dernier. A ce jour, la quasi-totalité des communes de Ninh Thuân satisfont aux critères de nouvelle ruralité concernant les infrastructures routières et 100% d’entre elles sont reliées au réseau électrique national.   

En misant sur l’élevage, Ninh Thuân avance désormais sur la voie du progrès, vite et bien. – VOV/VNA