Compte tenu des atouts qui sont les siens, la province centrale de Hà Tinh se prête particulièrement bien à l’élevage des cerfs. Photo: VOV
Ha Tinh (VNA) - Dans la conjoncture actuelle, développer l’agriculture suppose de relier les différents maillons de la chaîne de production entre eux. Le but ? Rendre plus compétitifs les produits agricoles en leur apportant un surcroît de valeur ajoutée. Si les agriculteurs sont naturellement les maillons les plus importants de cette chaîne, les entreprises y jouent également un rôle indispensable.  Illustration avec la province centrale de Hà Tinh.

Ky Bac est une commune montagneuse du district de Ky Anh, réputée pour son climat capricieux et sa terre aride, mais aussi - et là, c’est tout à fait récent - pour Hoàng Châu, sa coopérative agricole. Au départ, cette coopérative n’était qu’un groupe de six coopérants qui se bornaient à proposer des services de fret. Ce n’est qu’en 2012, sur recommandation de l’alliance des coopératives de Hà Tinh, que le groupe est devenu une coopérative à part entière, ce qui lui a permis de signer un contrat d’association avec Mitraco, la compagnie générale des minéraux de Hà Tinh, contrat qui portait sur l’élevage des truies reproductives. Les membres fondateurs ont alors apporté chacun 800 millions de dôngs. Et depuis, les choses ont bien progressé. A ce jour, la coopérative Hoàng Châu réunit ​dix membres et dispose d’un capital de près de 6 milliards de dôngs.

Trân Thi Châu, sa présidente : «Mitraco a aidé la coopérative à écouler ses produits, à importer des intrants, à construire des porcheries. La coopérative collabore avec les agriculteurs et Mitraco assure l’écoulement des produits. Quand les cochonnets ont 20 jours, ils sont répartis dans les différentes fermes d’élevage. Notre rôle consiste alors à veiller à ce que tout se passe bien, à ce qu’il n’y ait pas d’épidémies, à ce que les porcheries soient bien désinfectées.»

Compte tenu des atouts qui sont les siens, la province de Hà Tinh se prête particulièrement bien à l’élevage des cerfs. Aussi les autorités ont-elles décidé d’investir dans l’élevage des cerfs et l’exploitation des bois de velours, la nouvelle ruralité n’étant bien évidemment pas étrangère à ce choix. Pour les éleveurs, ces bois de velours constituent une manne inespérée.

Phan Van Luât, président de la coopérative des éleveurs de cerfs de Son Lâm : «Auparavant, les commerçants spéculaient le prix des bois de velours. Mais depuis la signature du contrat d’association avec la coopérative, les éleveurs de la commune sont tranquilles : ils sont assurés du bon écoulement de leur production. Actuellement, nous avons de grandes prairies sur les collines pour l’élevage des cervidés. Mais il nous faudrait davantage de crédits pour nous développer.»

À ce jour, Hà Tinh compte déjà plus de 7.000 coopératives agricoles, dont 54 ont noué des partenariats avec diverses entreprises. Ce faisant, la province a réussi à créer une véritable chaîne de production et à assurer l’écoulement de la production. Ses produits phares? Les cochons, les bœufs, les crevettes, les cerfs, mais aussi les agrumes et les légumes.

Lê Dinh Son, secrétaire du comité provincial du Parti communiste vietnamien: «Nous devons créer des liens entre les agriculteurs et les entreprises. Seuls, les agriculteurs n’arrivent pas à écouler leurs produits. Ils doivent absolument s’associer à des entreprises par le biais de coopératives ou de groupes de coopérants.»

C’est donc aux coopératives que revient la tâche de créer des liens entre les agriculteurs et les entreprises et de contrôler le processus de production tout en accordant des aides aux agriculteurs. Lê Duc Thinh, directeur-adjoint du Département de l’Economie coopérative et du Développement rural: «Au sein des chaînes de production, il faut veiller au respect des engagements et des contrats d’association. Il faut que les différents maillons de la chaîne soient absolument solidaires entre eux pour garantir un développement durable.»

Ces chaînes de production de Hà Tinh montrent bien à quel point les coopératives en sont les maillons forts. Mais elles démontrent aussi que les différents acteurs de la production agricole ont tout intérêt à travailler main dans la main. -VOV/VNA