Hanoi, 12 août (AVI) - Bien qu’il ait apporté un éclairage assez positif sur les réalisations indéniables du Vietnam en matière de garantie des libertés de croyance et de religion, le Rapport annuel sur la liberté religieuse dans le monde publié le 10 août par le Département d’État américain contient encore des contenus reflétant une mentalité étroite, un regard biaisé et un manque de bonne volonté.

Un moine lâche une colombe à la cérémonie d'ouverture de la Journée des Nations Unies du Vesak 2014 à la pagode de Bai Dinh dans la province de Ninh Binh, le 8 mai 2014 - Photo: VNA

Dans son rapport, le Département d’État américain a reconnu les efforts du gouvernement vietnamien d’assurer les libertés de croyance et de religion, y compris la publication du projet de loi sur la croyance et la religion pour recueillir les observations du public.

Il a également pris note des opinions de presque tous les responsables des organisations religieuses vietnamiennes, qui ont indiqué que la liberté religieuse s’étend à travers le pays et le gouvernement reconnaît de plus en plus d’organisations religieuses.

Cependant, il a continué à accuser le Vietnam de persécution, de détention, de poursuite, de contrôle, de restriction de déplacements, de déni de licence d’activité, et d’entrave aux activités des groupes religieux dans les domaines de l’éducation et de la santé.

Selon ce rapport, les réglementations du Vietnam sur la gestion religieuse autorisent à limiter la liberté religieuse et les autorités du pays continuent à faire obstruction aux activités des groupes religieux non enregistrés.

Rien de nouveau dans les informations mentionnées dans ce rapport, qui fournit des évaluations subjectives et partiales. En fait, la vie religieuse vivante et le respect de la loi dans la garantie des droits de l’homme vus au Vietnam constituent le désaveu le plus fort de telles allégations.

Tout d’abord, les libertés de croyance et de religion au Vietnam ont été entérinées par le projet de loi sur la croyance et la religion, qui va remplacer l’Ordonnance sur la croyance et la religion, avec des contenus supplémentaires en vue de répondre à la réalité actuelle.

Ce projet de loi reconnaît et spécifie que le droit à la croyance et à la religion est celui de tous les “hommes”, non seulement des “citoyens”, tout en affirmant le droit des autres d’adhérer ou de ne pas adhérer à une religion.

Personne n’a le droit de violer ce droit, souligne le document qui interdit la contrainte de pratiquer ou d’abandonner une religion, ou l’abus des libertés de croyance et de religion pour porter atteinte aux droits de l’État, des citoyens ou des organisations religieuses.

Comparé aux documents juridiques plus anciens, le projet de loi montre un esprit d’ouverture manifesté par l’État vietnamien dans le traitement des religions. Il s’agit d’une preuve vivante et convaincante contre les arguments incorrects qui calomnient l’État vietnamien en suggérant qu’il promulgue la loi pour “resserrer” le droit aux libertés de croyance et de religion.

À la pagode de Quan Su, au coeur de Hanoi, ​dès le lever du soleil, les portes ouvertes laissent entrer une foule endimanchée. Photo: VNA
D’autre part, la liberté des religieux de pratiquer les rites religieux et de participer aux activités religieuses a été particulièrement respectée et observée. En réalité, les fêtes religieuses annuelles, y compris Noël et anniversaire du Bouddha, ont été solennellement organisées avec la participation des centaines de milliers de fidèles.

Les activités croyantes et religieuses sont considérées non seulement comme un besoin spirituel des religieux, protégé par la loi, mais aussi comme les activités culturelles de tout le peuple. Un certain nombre de grands festivals sont devenus des événements partagés de la communauté, montrant une harmonie entre la vie et les religions et servant à renforcer le bloc de grande union nationale du Vietnam.

Au cours de ces dernières années, la coopération internationale des organisations religieuses s’est intensifiée, avec des visites effectuées par les délégations religieuses vietnamiennes et étrangères.

Les organisations religieuses au Vietnam se sont vu accorder un soutien pour organiser d’importantes activités comme les célébrations de la grande fête de Vesak et l’Assemblée plénière de la Fédération des Conférences épiscopales d’Asie (FABC).

Le Vietnam est une nation multiethnique et multireligieuse. Rares sont les pays qui ont atteint un tel niveau d’harmonie entre les grandes religions comme le Vietnam.

L’État vietnamien a à ce jour reconnu 39 organisations de 14 religions, avec environ 24,3 millions de fidèles, soit 27% de la population nationale, près de 53.000 dignitaires ecclésiastiques, 133.700 mineurs dignitaires et  27.900 lieux de culte.

Les organisations religieuses sont un canal important qui aide à mettre dans la réalité les lignes directrices et politiques du Parti et les lois de l’État.

Un grand nombre de prestigieux dignitaires religieux ont été élus à l’Assemblée nationale, aux conseils populaires à tous les niveaux, au Front de la Patrie du Vietnam et à ses organisations membres, ce qui montre les politiques pertinentes et cohérentes du Parti et de l’État sur la religion ou la croyance.

L’État vietnamien punit seulement les organisations et les personnes qui violent la loi ou qui abusent des libertés de religion et de croyance pour saboter le Parti et l’État, ou porter atteinte à l’édification et à la défense de la nation, ou à la grande unité nationale.

Ainsi, le Département d’État américain doit avoir une vue plus objective des pratiques religieuses et croyantes animées au Vietnam, afin de faire une évaluation correcte en conformité avec les relations toujours plus croissantes entre les deux pays. – VNA