lundi 21 août 2017 - 11:46:32

La hausse du taux de change VND/USD est raisonnable

Imprimer

Ce dernier ajustement a pour objet de consolider le marché de change des devises étrangères. La Banque d'Etat du Vietnam a assuré qu'elle prendrait les mesures nécessaires pour stabiliser les taux de change et le marché de change.

C’est le premier ajustement du taux de change en 2015 pour lequel le gouverneur Nguyên Van Binh a affirmé que les évolutions de la parité VND-USD ne dépasseraient pas une fourchette de 2%. 

Le taux de change moyen sur le marché interbancaire entre le dông vietnamien et le dollar américain est de 21.458 dôngs depuis le 7 janvier, suite à un dernier ajustement de la Banque d'État du Vietnam (BEV). La précédente parité a été maintenue pendant six mois. La décision de la BEV est justifiée compte tenu des évolutions du marché. La banque centrale l’a en effet augmenté de 1%, la précédente parité étant à 21.246 dôngs. Elle a précisé que cet ajustement était conforme à la résolution 01/NQ-CP du 3 janvier 2015 sur les tâches et mesures principales pour la mise en œuvre du plan de développement socioéconomique et des prévisions budgétaires en 2015. Cette institution a la responsabilité de mener une politique monétaire dynamique et souple, de concert avec la politique budgétaire, afin de maîtriser l'inflation, d'assurer la stabilité de l'économie et de soutenir la croissance. Le réajustement respecte toujours les orientations de gestion des politiques monétaires définies en début d’année, notamment d’équilibrage de l’offre et de la demande. Cette année, les politiques monétaires de la Banque d'Etat du Vietnam répondent aux trois principes que sont la stabilisation des fondamentaux macroéconomiques, la maîtrise de l’inflation et la hausse des réserves en devises étrangères.

Selon les spécialistes, ce sont les entreprises de transformation et d’export des produits agricoles et aquatiques qui tirent le plus grand profit de cette hausse du taux de parité car elles consomment des matières premières locales. Pour les entreprises d’export des autres secteurs, comme chaussures ou confection, les bénéfices sont moindres car elles dépensent davantage de devises pour importer leurs matières premières ou leurs équipements. En revanche, les entreprises dont l’activité implique plus d’importations déplorent des pertes en dépit des mesures prises. La BEV continue d’appliquer ses politiques monétaires de manière souple afin de stabiliser la parité dollar-dông. En tenant compte des facteurs d’évolution actuels du taux de change, elle continuera de superviser le marché des devises et interviendra en cas de nécessité pour stabiliser le marché. La BEV assurera raisonnablement la liquidité au sein du système bancaire afin de soutenir la stabilisation du taux de change et des taux directeurs sur la base de l’anticipation de l’inflation. 

Large soutien des spécialistes 

Le réajustement du taux de change au début de l’année est très important, selon Pham Thanh Hà, vice-directeur général de la Vietcombank. Il dope à la fois les exportations et encourage les transferts de devises par les Vietnamiens à l’étranger, qui augmentent fortement à l’approche du Têt traditionnel.
D’après Alan Pham, expert de Vinacapital, depuis ces quelques dernières années, l’inflation au Vietnam a été bien maîtrisée. Aussi cette légère augmentation du taux de change de 1% n’aura-t-elle que peu de conséquences et, pour en rassurer certains, encore une fois, il ne s’agit certainement pas d’une dévaluation du dông vietnamien. Juste après cet ajustement, la banque HSBC affirme justement que cette opération est rationnelle. Elle ne dévaluera pas le dông vietnamien. Le réajustement du taux de change USD-VND est bien soutenu par la bonne santé du secteur de l’import-export, l’investissement direct étranger (IDE) et l’augmentation des réserves de devises. L’IDE au Vietnam est estimé à un milliard de dollars par mois en moyenne depuis le début de l’année, selon la HSBC. À présent, la consommation domestique stagne et la croissance du crédit est molle depuis le début de l’année. Le maintien d’une croissance satisfaisante de l’économie nationale repose donc sur les exportations. D’où la nécessité de ce réajustement du taux de change. Cette opération est favorisée par une série de facteurs positifs de l’économie fin 2014 : commerce extérieur bénéficiaire de 2 milliards de dollars, IDE de plus de 20 milliards de dollars, faible inflation, stabilité de la liquidité en dông des banques. 

Selon la HSBC, cet ajustement est un peu précoce par rapport à ses propres prévisions, mais il est tout à fait nécessaire. Elle a prévu que la BEV pourrait réajuster encore une fois le taux de change vers la fin de l’année. Une hausse prévue de 1%, portant à 21.750 dôngs le dollar. La banque ANZ prévoit une hausse plus large avec une parité à 22.050 dôngs fin décembre prochain. –CVN/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres