La gastronomie est un trait original du Vietnam. C’est pourquoi il est impératif de valoriser cette culture gastronomique, dans la double optique d’attirer les touristes et de promouvoir l’image du Vietnam.

La gastronomie est l’un des points forts du Vietnam pour attirer les touristes étrangers. Dans ce contexte, il est temps que le Vietnam soit déterminé à devenir un label de la «cuisine du monde», une idée soutenue par Philip Kotler, professeur et conseiller marketing de renommée internationale.

Les touristes étrangers, c’est bien connu, raffolent de la cuisine vietnamienne. Les mets vietnamiens figurent d’ailleurs dans la liste des meilleurs plats du monde et de l’Asie sur le site web spécialisé dans le tourisme, lonelyplanet.com. Ce site répertorie également les classes d’apprentissage de cuisine de Hôi An dans son top 10 en la matière. Les restaurants et festivals gastronomiques du Vietnam à l’étranger attirent de plus en plus de monde, et le nombre de touristes étrangers venant au Vietnam pour apprendre à cuisiner augmente. Le restaurant Câu Do, dans la ville de Hôi An, province de Quang Nam (Centre), a ouvert des classes spécialisées pour les habitants mais aussi et surtout pour les touristes, aujourd’hui très demandeurs. Quelques-uns s’y inscrivent même pour ouvrir ensuite un restaurant vietnamien. C’est dire !

À la recherche des meilleures spécialités

Depuis le début de l’année, l’organisation des records du Vietnam a diligenté plusieurs enquêtes pour rechercher les meilleures spécialités du pays, promouvoir ainsi la qualité de la cuisine vietnamienne et les proposer à l’organisation des records d’Asie, mais aussi à l’organisation Guinness World Records. 


Le pho bo (pho au bœuf).

À la fin du mois d’août, douze spécialités vietnamiennes ont été validées par l’organisation des records d’Asie : le pho de Hanoi, le bun cha de Hanoi (hachis de porc grillé au vermicelle), le bun thang de Hanoi (bouillon au vermicelle servi chaud), le banh da cua (galette soufflée de crabe) de Hai Phong , le com chay (gratin de riz) de Ninh Binh, le miên luon (vermicelle à l’anguille des marais) de Nghê An, le bun bo (vermicelle au boeuf sauté façon Huê) de Huê, le mi Quang (soupe de Tourane), le pho sec de Gia Lai… 

Dans l’avenir, cinq autres spécialités seront présentées à l’organisation des records d’Asie, une fois que l’organisation des records du Vietnam aura fourni suffisamment de documents et images. Il s’agit du cha ca La Vong (poisson frit mangé avec la pâte de crevette) de Hanoi, du bun ca rô dông (vermicelles de riz aux anabas) de Hai Duong (Nord), du cha muc (hachis de seiche) de Ha Long, du banh canh (soupe de nouilles) de Trang Bàng (province de Quang Nam, Centre) et du gâteau cong de Soc Trang (delta du Mékong).


Le mi Quang (soupe de Tourane). Photo : CTV/VN

Plusieurs pays ont réussi à valoriser leur image par le biais de la gastronomie. Par exemple, l’Italie est connue pour ses spaghettis et pizzas, la Thaïlande pour sa fondue, la France pour sa baguette et ses fromages… Les restaurants de Chine, de Thaïlande, du Japon, d’Italie, de France… sont présents dans le monde entier. Et, de fait, la culture de ces pays est mondialement connue. 

Pour faire connaître l’art culinaire vietnamien

Les ambassades du Vietnam à l’étranger ont souvent présenté les plats vietnamiens comme le nem et le pho auprès des amis internationaux. Le Vietnam fascine les touristes non seulement pour ses sites pittoresques, mais aussi pour son art culinaire. Nombreux sont les touristes étrangers qui qualifient le Vietnam de «paradis de la gastronomie». Cependant, le pays doit présenter davantage sa cuisine à l’étranger et chercher à protéger ses spécialités culinaires.

De nombreux ingrédients et épices utilisés dans la préparation sont très bons sur le plan nutritionnel et pour la santé. La sauce est de même un facteur essentiel, indispensable aux plats vietnamiens. C’est bien sûr le nuoc mam ou la sauce de soja, mais il y en a beaucoup d’autres. La gastronomie vietnamienne est actuellement présentée dans les médias étrangers. Le pho et le goi cuôn ont été établis dans le top 50 des meilleurs plats du monde par la chaîne américaine CNN. 

En effet, les spécialités vietnamiennes ont contribué à valoriser l’image du pays auprès des amis internationaux. Elles contribuent à préserver l’identité nationale, les us et coutumes que peut revendiquer avec fierté le peuple vietnamien.

Pourtant, ces dernières années, peu d’événements gastronomiques de taille régionale et internationale ont été organisés dans l’optique d’attirer les visiteurs, de présenter l’image du Vietnam et de son peuple aux amis du monde entier. La gastronomie a désormais sa place dans les programmes de promotion touristique. Il est temps d’élaborer des stratégies, d’édifier un label national pour faire connaître au monde entier la gastronomie vietnamienne, à l’heure de l’intégration internationale du pays et de la mondialisation en général. - VNA