Hanoi (VNA) - Aux Olympiades internationales des mathématiques 2017 (IMO 2017), le Vietnam a obtenu la 3e place du classement par nations, la meilleure performance de son histoire. Preuve qu’il faudra compter sur lui dans cette discipline au niveau international.
 
Les six lycéens vietnamiens en lice aux IMO 2017. Photo : VNA
 
Le Jury international constitué pour les IMO 2017 a établi un barème précis pour l’obtention des médailles : 25 points pour l’or, 19 points pour l’argent et 16 pour le bronze. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les six lycéens vietnamiens en lice ont brillé. Hoàng Huu Quôc Huy, du Lycée des élèves doués Lê Quy Dôn (province de Bà Ria-Vung Tàu, Sud), a obtenu 35 points, faisant de lui l’un des trois candidats - avec un Iranien et un Japonais - ayant le score individuel le plus élevé parmi les 600 engagés pour cette édition 2017.

Avec 28 points, Lê Quang Dung, du Lycée des élèves doués de Lam Son (province de Thanh Hoa, Centre) et Nguyên Canh Hoàng, du Lycée des élèves doués Phan Bôi Châu (province de Nghê An, Centre) ont décroché chacun une médaille d’or. Idem pour Phan Nhât Duy du Lycée de Hà Tinh (province de Hà Tinh, Centre), avec 25 points.

Crédité de 21 points, Pham Nam Khanh, du Lycée des élèves doués Hanoï-Amsterdam (Hanoï), a décroché l’argent. Dô Van Quyêt, du Lycée des élèves doués de Vinh Phuc (province de Vinh Phuc, Nord), a remporté le bronze avec 18 points. Le Vietnam (155 points) a ainsi terminé à la 3e place parmi les 112 pays et territoires représentés.

«Des successeurs de talent»

«Depuis trois ans, le Vietnam récolte de très bons résultats aux IMO, en particulier cette année, où l’on peut véritablement parler d’excellence !», s’est exclamé le Professeur Ngô Bao Châu (Médaille Fields 2010), interrogé sur les exploits des six lycéens vietnamiens revenus de ces olympiades. Selon lui, ces résultats sont dus premièrement aux «efforts personnels des élèves et de leurs enseignants», mais sont aussi le fruit de l’essor des mouvements d’émulation pour les mathématiques chez les élèves et les enseignants, mouvements qui se répandent et prennent de l’ampleur au niveau national.

En tout cas, l’essentiel est là, puisque, comme il l’a affirmé : «La relève est assurée, avec une génération de successeurs talentueux !». Le lauréat de la Médaille Fields 2010 a observé que depuis 2011, date à laquelle le Programme national de pointe pour le développement des mathématiques a été instauré, «le Vietnam a observé des changements forts dans ce domaine».

En cinq ans, ce programme a organisé 12 classes d’été de formations supplémentaires en faveur de 450 enseignants de mathématiques des lycées des élèves doués, et 12 classes d’été des mathématiques destinées à 1.500 élèves sélectionnés dans les différents établissements d’élite du pays. Ces activités ont contribué à développer l’enseignement et l’apprentissage de cette discipline exigeante ainsi qu’à élever la qualité de son enseignement au niveau national.    
 
Des publications reconnues à l’international

Optimiste quant aux perspectives de développement des mathématiques au Vietnam, Ngô Bao Châu a fait le constat suivant : «Ces dernières années, le nombre des publications en mathématiques reconnues au niveau international a augmenté de 2,5 fois par rapport à la période 2006-2011». Sans pouvoir comparer le Vietnam avec des pays très développés en sciences et en mathématiques comme les États-Unis ou la France, le pays a cependant sa place sur la carte asiatique.

Le Professeur a par exemple informé que les publications spécialisées du Vietnam au niveau international étaient aujourd’hui plus nombreuses qu’à Singapour, nation très développée sur le plan éducatif. Ngô Bao Châu a affirmé également que quand il parlait des mathématiques du Vietnam à des scientifiques étrangers, il observait chez eux un certain respect pour le pays.

Et toujours selon le Professeur de l’Université de Chicago, dans la liste des scientifiques invités à présenter leurs travaux aux éditions du Congrès international des mathématiciens (ICM), une manifestation organisée tous les quatre ans par l’Union internationale des mathématiques, l’on voit de plus en plus de Vietnamiens.

C’est un signe et un prestige car pour que quelqu’un soit invité à présenter ses travaux à l’ICM, il doit avoir publié des ouvrages de recherches importants au cours des quatre années précédent le congrès. En définitive, cette somme d’éléments montre bien que le Vietnam est en train d’asseoir sa position dans le monde des sciences. Et cela, personne ne s’en plaindra. – CVN/VNA