Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Pham Binh Minh. Source : VNA

A l’occasion du 70e anniversaire de la fondation de la diplomatie vietnamienne (28 août 1946), le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Pham Binh Minh a écrit un article sur l’étape historique pour la diplomatie vietnamienne qu’ont constituée ces 70 dernières années.

L’Agence vietnamienne d’Information présente ci-après de larges extraits de cet article du chef de la diplomatie vietnamienne.

Des mois et des années inoubliables

Dès les premiers jours après sa naissance, le pays doit faire face à l’ennemi dans et hors du pays. Par l'Accord préliminaire du 6 mars 1946 et une déclaration conjointe du 19 septembre 1946, dite « modus vivendi », destinée à apporter des réponses provisoires aux questions conflictuelles se posant entre la France et le Vietnam, la diplomatie vietnamienne a contribué pour une part importante à défendre avec succès le jeune gouvernement révolutionnaire.

Dans les résistances anti-colonialiste et anti-impérialiste, la diplomatie vietnamienne est vraiment devenue un front important de signification stratégique. La combinaison étroite entre les trois fronts politique, militaire et diplomatique a créé une force synthétique pour faire avancer les résistances de longue haleine du peuple vietnamien, et enchaîner les victoires. Non seulement la diplomatie a reflété fidèlement la conjoncture sur les champs de bataille, mais elle a positivement rassemblé les forces, posent des bases solides sur les fronts militaire et politique. Jouant le rôle de passerelle entre le peuple vietnamien et les peuples du monde, la diplomatie a profité du soutien et de l’aide des amis internationaux à la juste lutte du peuple vietnamien, protesté contre la guerre d’agression injuste des forces colonialiste et impérialiste. Les exploits éclatants sur les champs de bataille ont été concrétisés successivement sur la table de négociations des Accords de Genève en 1954, des Accords de Paris en 1973, permettant à tout notre peuple de parvenir à la Grande victoire de 1975 et à la Réunification du pays. Pendant ces mois et années, la diplomatie a contribué à faire du Vietnam un symbole auprès des amis internationaux, celui d’un peuple héroïque, épris de paix et qui aspire à l’indépendance et à la liberté.

Dans l’œuvre d’établissement et de construction du pays, notamment dans l’œuvre de Renouveau, la diplomatie a contribué à lever l’embargo, l’encerclement, a mis en œuvre positivement la politique extérieure de multilatéralisation, de diversification, s’est efforcée de maintenir l’environnement de paix, de profiter au maximum des ressources extérieures pour l’édification et la défense de la Patrie.

Conformément au souhait de « se vouloir ami de tous les pays démocratiques » du président Ho Chi Minh dès les premiers jours de la fondation du pays, aujourd’hui le Vietnam est vraiment « ami et  partenaire de confiance de tous les pays, et membre responsable de la communauté internationale ». Autrefois pays économiquement encerclé, politiquement isolé qui n’avait des relations qu’avec les pays socialistes, le Vietnam a désormais établi des relations diplomatiques avec 185 des 193 pays membres de l’ONU, des relations économiques, commerciales et d’investissement avec plus de 230 pays et territoires. C’est aussi un membre actif de plus de 70 organisations régionales et internationales, que joue un rôle important au sein de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) et des organes onusiens importants.

Le Vietnam a bien assumé le rôle de membre non permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, mandat 2008-2009, de président de l’ASEAN en 1998 et 2010, organisé avec succès de nombreuses conférences internationales importantes comme le 7e Sommet des pays ayant le français en partage en 1997, le 5e Sommet Asie-Europe (ASEM 5) en 2005, le Sommet de Coopération économique Asie-Europe (APEC) en 2006, la 132e Assemblée générale de l’Union interparlementaire (IPU-132) en mars 2015, et va organiser l’APEC en 2017.

Les relations économiques extérieures du Vietnam s’élargissent de plus en plus, servant activement son développement socio-économique. Jusqu’à ce jour, le Vietnam a attiré un montant total de plus de 250 milliards de dollars de fonds d’investissement direct étranger. Le Vietnam figure parmi les rares pays participant à toutes les alliances économiques importantes dans la région dont l’Accord de partenariat trans-pacifique (TPP) et le Partenariat économique intégral régional (RCEP).

Au cours de ces 70 ans où elle est allée de pair avec la nation, la diplomatie vietnamienne a laissé des empreintes profondes dans les victoires historiques de la résistance d’hier pour l’indépendance nationale et la réunification du pays comme dans l’actuelle processus d’édification et de défense de la Patrie. De concert avec d’autres fronts, elle a contribué à faire avancer le Vietnam qui était jadis un pays dont le nom ne figurait pas sur la carte mondiale, pour en faire une nation jouant un rôle croissant dans la région et respectée sur la scène internationale.

La diplomatie vietnamienne dans l'étape d’intégration internationale

Dans la mondialisation avec l’interdépendance croissante entre les nations, l’intégration ​internationale est devenue un choix objectif et évident. Comme le «pilote» contribuant à faire avancer le navire vietnamien en mer, la diplomatie vietnamienne a défini la juste orientation, suivi toujours de près le courant de l’époque, fait de son mieux pour localiser le pays de manière la plus favorable dans la conjoncture régionale et mondiale.

En premier lieu, le Vietnam a impulsé l’approfondissement substantiel des relations avec d’autres pays, l’achèvement fondamental de l’institution du cadre des relations avec ses partenaires prioritaires et importants. Pour la première fois dans l’histoire des relations extérieures de ces 70 années passées, le Vietnam a édifié un cadre de relations de partenariat stratégique et de partenariat intégral avec toutes les grandes puissances dont les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU.

Ensuite, la diplomatie est toujours en première ligne dans la réalisation de la politique d’intégration internationale définie par le 11e Congrès national du Parti communiste du Vietnam (PCV). Elle a positivement contribué au renforcement des relations économiques extérieures. De 2012 à 2014, pour la première fois ​depuis deux décennies, ​sa balance commerciale a été positive. Le Vietnam continue d’être une destination attrayante pour les investissements étrangers avec la présence d’une centaine de grands groupes multinationaux. Le Vietnam a pour la première fois participé aux activités de maintien de la paix de l’ONU, ​pris part en même temps ​aux négociations de nombreux Accords de libre-échange importants comme le TPP, RCEP. Le Vietnam a été élu membre d’institutions importantes de l’ONU dont le Conseil des droits de l’homme (mandat 2014-2016), l’UNESCO (mandat 2013-2017), assume la fonction de président du Conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour le mandat 2013-2015. Le ​pays a avancé des initiatives et propositions de coopération hautement appréciées par l’opinion internationale lors des forums de l’ASEAN, de l’ASEM (Coopération économique Asie-Europe), de l’APEC et de l’ONU.

Puis, la diplomatie vietnamienne a collaboré étroitement dans la protection de la sécurité, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Patrie. Le Vietnam a achevé la délimitation et le bornage de toute sa ligne frontalière avec la Chine et le Laos, mis en œuvre la délimitation de sa frontière avec le Cambodge, contribuant à faire de la ligne ​de démarcation terrestre entre le Vietnam et ses voisins une frontière de paix, d’amitié, de stabilité et de développement. La diplomatie a bénéficié du large soutien de la communauté internationale, par sa juste position et ses intérêts légitimes dans le problème de la mer Orientale.

Enfin, la diplomatie culturelle, d’information et de communication extérieure, la protection des citoyens et le travail des Vietnamiens à l’étranger ont obtenu d’importants résultats.

Saisir les opportunités, régler les défis pour avancer résolument vers l’avenir

Aujourd’hui, la conjoncture mondiale et régionale ne cesse d’évoluer. Nous vivons dans un monde de paix qui n’est cependant pas calme. L’Asie-Pacifique reste toujours la région la plus dynamique, avec la perspective de devenir ​le nouveau centre mondial au cours du 21e siècle. Elle est aussi devenue une plaque concurrentielle stratégique entre les grands pays. La paix et la coopération restent la tendance principale, mais les éléments d’instabilité, voire les dangers de conflits locaux, augmentent de plus en plus. La situation en Mer Orientale, notamment, évolue de manière très complexe, et les dangers menaçant la sécurité et la souveraineté maritimes et insulaires du pays s’avèrent de plus en plus graves. Les défis et opportunités se mêlent et se soutiennent l’un l’autre.

Étant un pays ayant une position géostratégique importante en Asie-Pacifique, le Vietnam se trouve devant de nombreuses opportunités pour combiner la force nationale avec celle de l’époque dans la nouvelle situation. Il profite de conditions favorables pour son industrialisation et sa modernisation, ce qui l’aide à surmonter le danger du «piège des pays à revenu moyen». Pour y parvenir, la diplomatie vietnamienne doit s’engager davantage.

70 ans auparavant, confrontée à ​une situation ô combien difficile mais dirigée par le président Ho Chi Minh, la jeune diplomatie du Vietnam a remporté de retentissants exploits, ​apportant de la gloire au pays. ​S'inscrivant dans les pas de leurs illustres prédécesseurs, les diplomates d’aujourd’hui sont déterminés à faire ​tout ce qui est en leur pouvoir pour surmonter les difficultés, profiter de ​chaque opportunité afin de continuer à écrire les lettres d'or de la diplomatie vietnamienne contemporaine, contribuant à faire avancer le pays dans une nouvelle ère, celle de l’indépendance, de la paix et du développement. –VNA