jeudi 25 mai 2017 - 23:11:15

La culture des plantes médicinales creuse son sillon à Soc Son

Imprimer

Hanoi (VNA) - Dans le village de Phuc Xuân, district de Soc Son (Hanoï), des milliers de plantes médicinales sont cultivées. Les paysans embarqués dans cette aventure ont vu leurs revenus s’envoler.

Dans un jardin de plantes médicinales du district de Soc Son, Hanoï. Photo: CVN
C’est un fait, le marché des plantes médicinales se porte bien. Soutenu par une forte demande de consommateurs sensibles à cette façon d’entretenir leur santé, les acteurs s’organisent. Au village de Phuc Xuân, district de Soc Son (Hanoï), Nguyên Thanh Tuyên, propriétaire d’un champ de 5 ha, fertilise ses camélias dorés (Camellia chrysantha). Plusieurs années déjà qu’elle cherche à développer cette espèce, devenue rare en forêt. Son champ de 5 ha est divisé en différentes zones. Le camélia doré domine, couvrant 4 ha.

Passionnée de plantes médicinales

Ce camélia  pousse à l’état sauvage uniquement au Sud de la Chine et au Nord du Vietnam. Il est menacé par la destruction de son habitat et une collecte incontrôlée. En tisane, ses feuilles sont censées baisser le taux de graisse corporelle, la glycémie, nettoyer foie et rein.

Malheureusement, le camélia  doré est surexploité  dans les montagnes du Nord Vietnam, à tel point qu’il est menacé de disparition. «Les gens arrachent des pieds et les vendent aux commerçants chinois, déplore Mme Tuyên. À ce rythme, l’espèce n’existera bientôt plus dans la nature. Je me suis rendue dans de nombreux endroits pour acheter des pieds, des graines».

Ses efforts ont payé car son champ abrite 12.000 pieds. Mme Tuyên cultive aussi des dizaines d’autres espèces de plantes médicinales, dont l’Ardisia silvestris censée guérir douleurs abdominales et maladies de l’estomac, et le chèvrefeuille japonais qui aide à réduire la chaleur corporelle et prévenir les allergies.

«Il existe environ 196 types de tisanes dans le monde. J’ai 22 des 26 types cultivés au Vietnam», fait savoir Mme Tuyên. «Mon champ est une source de matières premières de qualité pour les entreprises pharmaceutiques, une source de revenu stable pour les paysans et un exemple de protection d’espèces végétales rares. Toutes mes plantes sont cultivées en utilisant des méthodes biologiques», assure-t-elle.

Selon elle, les engrais organiques sont plus chers que les produits chimiques, mais sont de meilleure qualité, et rassurent producteurs et consommateurs. Nguyên Thanh Tuyên produit elle-même huit types de tisane.

Au début, les agriculteurs locaux était réticents à participer au projet. Ils voulaient des récoltes rapides et étaient inquiets en ce qui concerne des débouchés. Mais grâce à sa passion et sa détermination, Mme Tuyên a réussi à les convaincre. La chef d’entreprise a développé deux autres zones de culture dans la commune de Xuân Giang (5 ha) et la commune de Trung Gia (3 ha), portant à 13 ha la superficie totale de sa production.

Améliorer les revenus des paysans 

Le camélia à fleurs d'or. Photo: VNA
Ses trois zones de production ont été certifiées comme modèle de production pharmaceutique durable et biologique répondant aux critères VietGAP (Vietnam Good Agriculture Practice). Dans la commune de Bac Son, elle loue des terres et embauche les agriculteurs locaux pour s’occuper de ses plantes, tandis que dans la commune de Xuân Giang elle collabore avec des coopératives locales.

Trinh Hông Phong, un paysan qui loue 5 ha à Mme Tuyên, informe que les revenus de sa famille se sont considérablement améliorés ces dernières années, avec des frais de location plus de 10 fois supérieurs à ses ventes de thé et de manioc. Les membres de sa famille gagnent également 5 millions de dôngs par mois pour le gardiennage et l’entretien des plantes. 

Hoàng Chi Dung, chef du Bureau économique du district de Soc Son, considère que le modèle de collaboration dans lequel les entreprises apportent du capital et des technologies, et les agriculteurs leur force de travail est très efficace. Aussi encourage-t-il les paysans à élargir le projet de Mme Tuyên, en donnant en location leurs terres notamment.

«La culture de plantes médicinales est une orientation prometteuse pour les entreprises et les agriculteurs de  Soc Son, aussi ferons-nous le maximum pour l’encourager et le développer», conclut M. Dung.

* Une plante aux multiples vertus

Le Camellia chrysantha est une espèce dans le genre Camellia qui contient environ de 277 à 330 espèces et fait partie de la famille des Theaceae. Découverts dans les provinces chinoise de Guangxi et vietnamiennes de Quang Ninh et de Vinh Phuc, ces arbres peuvent atteindre une hauteur de 2 à 3 mètres. Le Camellia chrysantha est une plante à feuilles persistantes. Elle présente des feuilles vertes, simples et alternes. Les plantes présentent des fleurs de type rosace de couleur jaune. Le camélia d’or a des effets médicinaux non-négligeables en régulant les taux de graisse et de  glycémie dans le sang, ainsi que la tension artérielle. Il améliore la circulation sanguine, limite les risques de maladies cardio-vasculaires et du cerveau. Enfin, il renforce les défenses immunitaires. – CVN/VNA
 

Vos commentaires sur cet article ...
Autres