Quarante ans après la signature des Accords de paix de Paris (1973-2013), la casemate souterraine de commandement de l'Etat-major de l’Armée installé au coeur de la citadelle impériale de Thang Long vient d'être ouverte au touristes.

Ce fameux bunker souterrain est situé à l'ouest du Département des opérations de l'Etat-major général de l'Armée populaire du Vietnam. Sa construction s’est étirée de la fin de 1964 jusqu'au début de 1965. Il couvre 64 m² avec une demi-structure souterraine de 1000 m3 de béton. Sa partie émergée fait environ 1,4 m de haut, avec des murs de 0,4 m épaisseur. 

A l’époque, il était considéré comme l'un des bunkers les plus modernes avec système de filtre à air, système anti-interférence. Il devait résister à des missiles et même à une attaque nucléaire. Bien que de taille réduite, il a joué un rôle important dans la victoire finale contre les Américains.

Il comprend trois pièces : centre de veille des opérations, salle de direction des opérations et salle pour les installations (filtres...). La plus grande salle est le centre de veille des opérations. Couvrant 34m², il comprend quatre cabines de contrôle, chacune pour une bataille, avec trois téléphones, un système de surveillance aérien, des cartes, des alarmes et haut-parleurs. Elle était en service 24h sur 24 sous la responsabilité du Département des opérations de l'Etat-major général de l'Armée populaire du Vietnam. Les équipents avaient pour but de répondre directement aux ordres du Président Hô Chi Minh, concernant des batailles au Nord, au Sud, et dans toute l’Indochine.

La salle de détection des opérations était comme une salle de réunion où les dirigeants du Parti, de l'État et de l'Armée dirigeaient les guerres dans le Nord, en particulier la bataille de "Hanoi-Diên Biên Phu aérien" du 18 au 29 décembre 1972.