Image satellite du récif de Chu Thap (Ferry Cross) relevant de l'archipel de Truong Sa (Spratly) du Vietnam, où la Chine a construit illégalement une piste aéronautique. Photo : CSIS

Hanoi (VNA) – Le 18 avril, les médias chinois ont annoncé qu’un avion militaire de ce pays avait atterri sur le récif de Chu Thap (Ferry Cross) relevant de l’archipel de Truong Sa (Spratly), un événement qui augmente la possibilité que la Chine y déploie un jour des avions de chasse.

A sa une, le quotidien chinois de l’Armée populaire de Libération a indiqué qu’un avion militaire en patrouille en Mer Orientale avait reçu un appel d’urgence lui demandant d’atterrir sur le récif de Chu Thap pour prendre trois ouvriers gravement malades. Ces personnes ont été ensuite emmenées sur l’île de Hainan pour un traitement médical.

Selon le «Global Times», c’est la première fois que l’armée chinoise reconnaît ouvertement l’atterrissage d’​un avion sur le récif de Chu Thap. Le journal a rapporté les propos d’experts militaires selon lesquels, la piste construite illégalement sur le récif de Chu Thap s’avère appropriée au décollage de différentes catégories d’avions civils, d’avions de combat et de grands avions de transport, répondant aux besoins d’urgence et de ravitaillement.

La piste de 3.000 mètres sur le récif de Chu Thap est l’une des trois pistes construites illégalement par la Chine dans l’archipel de Truong Sa du Vietnam.

Début janvier dernier, la Chine a effectué continuellement des vols d’essai à destination de cette piste. Devant le déploiement illégal par la Chine d’avions sur ce site, un représentant du ministère vietnamien des Affaires étrangères a remis à l’ambassade de Chine une note de protestation.

Les agissements chinois ont porté gravement atteinte à la souveraineté vietnamienne sur l’archipel de Truong Sa. Ils sont allés à l’encontre des conceptions communes des dirigeants des deux pays, de l’Accord sur les principes fondamentaux guidant le règlement de la question maritime Vietnam-Chine, ainsi que de l’esprit de la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC) de 2002.

Le Vietnam a demandé à la Chine de mettre fin immédiatement à ces actes et de ne pas les reproduire, d’adopter des actions concrètes pour contribuer au maintien de la paix, de la stabilité, de la sécurité, de la sûreté et de la liberté de la navigation maritime et aérienne en Mer Orientale. -VNA