Hanoi (VNA) - Le village de Kim Lan, près de Hanoi, est l’un des berceaux de la production de céramiques de l’ancienne capitale Thang Long. Les mains expertes de ses artisans transforment en produits utiles et esthétiques, dont la notoriété dépasse les frontières vietnamiennes.

Les produits céramiques de Kim Lan s’exportent de plus en plus. Photo: VNA

 

Le village ancien de céramique Kim Lan se trouve à une trentaine de kilomètres du centre de Hanoi. Rattaché à la capitale, dans le district de Gia Lâm, il est bordé, au sud, par le village de Bat Tràng, lui aussi spécialisé dans ce métier. C’est l’un des centres de production de céramiques les plus célèbres du pays.

Les céramiques des villageois de Kim Lan sont réputées pour leur côté pratique : flacons pour cure-dents, pots de fleurs, grands vases, mais aussi tuiles décoratives et autres matériaux de construction ornant les étals des artisans-commerçants.

Les fragments retrouvés à Kim Lan sont identiques à certains objets trouvés aux Philippines et en Indonésie. Ce qui permet aux archéologues vietnamiens et japonais de confirmer que les céramiques de Kim Lan étaient exportées à l’étranger.

Un village, une histoire

Bat Tràng et Phù Lang ne sont pas les seuls villages spécialisés dans ce métier à Hanoi. Des chercheurs de l’Institut d’archéologie du Vietnam, notamment le feu archéologue japonais Nishimura Masanari, ont découvert que Kim Lan fut, du XIIIe au XVe siècle, un grand centre potier.

En 2001, Nishimura Masanari et les étudiants de l’Université nationale de Hanoi ont mené des fouilles sur trois sites à Kim Lan. Des dizaines de milliers de reliques différentes y ont été exhumées : fragments de porcelaine haut de gamme (dont beaucoup de style chinois), tasses d’alcool, vases, vaisselle en tout genre, matériaux de construction, objets de décoration, etc. Parmi les plus belles découvertes, une tasse à deux anses datée du XIe siècle, et les morceaux d’une assiette bleue de 45 cm de diamètre, décorée de l’image d’un phénix.

Ces objets arborent pour l’essentiel le style de la dynastie des Trân (1225-1400).  Ils avaient également mis au jour des vestiges de fours de poteries, un atelier de sucrerie et une construction architecturale.

Début 2003, d’autres vestiges ont été trouvés sur place avec, là encore, des matériaux d’architecture, des objets décoratifs et des restes de fours datant de la dynastie des Trân. Conclusion des archéologues : le village de Kim Lan a produit des céramiques dès les XIIIe-XIVe siècles.

La céramique de Kim Lan reste aujourd’hui fidèle à son passé, avec la fabrication de produits ménagers et de construction comme les briques, tuiles pour la construction des temples et pagodes. «La localité a aussi planifié une zone de production et un espace d’exposition d’une superficie de 4,9 ha. Son objectif est de promouvoir ses produits et de créer des emplois pour les locaux», informe Nguyên Tiên Mung vice-président du Comité populaire de la commune. 

Moulage des produits céramiques. Photo: VNA

Le village de Kim Lan fabrique une large palette de produits de haute qualité aujourd’hui exportés au Japon et en République de Corée notamment. En collaboration avec les villages de céramique de Phu Lang (Bac Ninh) et Bat Tràng (Hanoi), Kim Lan continue de préserver et de développer ce métier traditionnel qui a forgé sa réputation.

Environ 300 objets exposés au musée

En mars 2012, le musée de céramique du village de Kim Lan a vu le jour, avec le soutien important du défunt docteur Nishimura Masanari, membre de l’Association d’archéologie du Vietnam, collaborateur de l’Institut d’archéologie du Vietnam. Très impliqué dans ce projet, il a cherché les financements nécessaires à sa mise en œuvre. M. Masanari a aussi offert quelques anciens objets de sa collection au musée.

L’établissement se trouve à proximité immédiate du siège du Comité populaire de la commune de Kim Lan. Ce musée possède environ 300 objets céramiques antiques et outils de production qui sont présentés par ordre chronologique sur 200 m2. On y trouve aussi bien des objets en terre cuite que des céramiques de toutes les couleurs. Sont également exposés des produits qui étaient destinés à la famille royale ou aux mandarins de l’époque.

Le Vietnam compte actuellement 120 musées. Mais ce musée de la céramique est le premier à avoir été construit par les seuls efforts des habitants d’une même commune, permettant à la jeune génération de Kim Lan de mieux connaître ses racines.

Trân Duc Tri, ancien vice-président du Comité populaire de la commune de Kim Lan conclut: «Nous essayons de mieux faire connaître ce musée aux touristes. Nous envisageons aussi de créer un espace d’exposition consacré aux produits actuellement fabriqués sur place ainsi qu’un atelier où les artisans transmettront le métier aux jeunes générations. Cet établissement est pour nous une grande fierté. Il est un patrimoine culturel que nous devons conserver et valoriser au service du développement du village». - CVN/VNA