Table ronde sur les jeunes intellectuels vietnamiens en Suisse et le Vietnam. Photo : VNA
 

Genève (VNA) – Le Vietnam peut choisir l’investissement à risque à l’étranger comme une approche de l’économie du savoir, selon le docteur Hoang Ngoc Giang, enseignant à l’Université néerlandaise d’Utrecht.

Lors d’une table ronde à Genève sur les jeunes intellectuels vietnamiens en Suisse et le Vietnam, le docteur Hoang Ngoc Giang a indiqué les approches traditionnelles au Vietnam : attrait de l’investissement pour acquérir des technologies, envoi de personnels en formation à l’étranger, et développement des start-up. Selon lui, ces approches sont difficiles dans le contexte d'une économie du savoir. Le Vietnam peut donc choisir une nouvelle approche - les investissements à risques axés sur les technologies avancées, qui permettront de dégager de grandes valeurs ajoutées dans les temps à venir. Hoang Ngoc Giang a suggéré que le Vietnam pourrait investir à travers la création d’entreprises et d’établissements économiques dans les économies du savoir les plus développées. Il peut envoyer des personnes brillantes en formation à l’étranger dans le but ​d'innovation et de commercialisation de produits dans ces pays d’accueil, ou accorder des aides financières aux personnes brillantes ​afin qu’elles participent à des programmes de start-up à l’étranger ou investir dans des projets de Vietnamiens à l’étranger. Le Vietnam pourra en outre investir dans des fonds d’investissement à risque ou des start-up à l’étranger.

A cette occasion, le docteur Hoang Ngoc Giang a présenté certaines de ses idées sur les orientations de l'investissement à risque à l’étranger, les préparatifs en ​termes de ressources humaines et financières, ainsi que de création d'un écosystème de start-up au Vietnam. -VNA