Hanoi (VNA) – Ces dernières années, le Vietnam a accéléré son processus d’intégration internationale, à commencer sur le plan économique. Avec ses programmes de coopération prometteurs, il aura tout à gagner des accords passés avec l’extérieur.

L’intégration à l’économie mondiale se généralise, en particulier dans le secteur des services, dont le commerce. Photo : VNA

Intégrer le tissu économique mondial est une mission essentielle que s’est fixé le gouvernement. Le Vietnam s’efforce d’améliorer la compétitivité de son économie en optant pour un nouveau modèle de développement reposant sur l’innovation, la productivité, la qualité et l’efficacité.

L’intégration à l’économie mondiale du pays se traduit en tout premier lieu par une multitude d’accords signés avec différents partenaires étrangers. Ce sont des accords de préférence commerciale et de libre-échange, mais aussi des traités d’adhésion à des unions douanières ou à des marchés communs. Le Vietnam fait désormais partie à des accords de libre-échange (ALE) avec 56 pays et économies du monde.

Une intégration fructueuse

Il y a des accords bilatéraux avec le Japon, l’Union européenne, l’Union économique eurasiatique, la République de Corée..., mais aussi des accords multilatéraux impliquant plusieurs pays, comme ceux qui ont été conclus dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce ou de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN)...

Le pays a également signé l’Accord de partenariat transpacifique (TPP) et accélère actuellement le processus d’adoption de l’accord de libre-échange (RCEP) entre les 10 pays de l’ASEAN et les 6 autres avec lesquels cette association a déjà convenu d’un accord de libre-échange. Il s’apprête aussi à signer un accord similaire avec Israël.

Le Vietnam est le seul des 30 premiers pays d’import-export de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à enregistrer depuis 2015 une croissance remarquable, selon un rapport récemment rendu public par son directeur général, Roberto Azevedo. En 2015, les exportations vietnamiennes ont connu une croissance de 7,9% en glissement annuel pour un total de 162 milliards de dollars. Quant aux importations, elles se sont élevées à 166 milliards de dollars pour 12,3%. Alors que les principaux exportateurs mondiaux comme la Chine, la Turquie et l’Italie ont enregistré un recul en valeur du fret expédié par voie maritime, des pays asiatiques comme le Vietnam, le Bangladesh, le Cambodge et le Myanmar ont affiché une forte croissance.

En général, le rapport de l’OMC dresse un tableau sombre du commerce mondial en 2015 avec un recul de 13,2%, à 16.500 milliards de dollars. Les États-Unis demeurent le premier importateur avec 2.300 milliards de dollars pour une baisse de 4,3%, suivis par la Chine avec 1.600 milliards, en baisse également, de 14,2%.

En intégrant le tissu économique mondial, le Vietnam a vu s’élargir son espace de développement, mais aussi ses coopérations extérieures. L’intégration économique a propulsé le développement socio-économique, entraîné une amélioration de la productivité et un élargissement des débouchés. L’économie se restructure, les filières de production se réorganisent, s’industrialisent et se modernisent.

Des efforts du Vietnam sont appréciés

L’entrée en vigueur des accords de libre-échange de nouvelle génération offre aux entreprises des opportunités à saisir, mais aussi d’importants défis à relever. Photo : VNA
Le gouvernement essaye par tous les moyens d’attirer l’investissement direct étranger et les aides publiques au développement. Mais intégration signifie également opportunité pour les Vietnamiens d’accéder à des progrès scientifiques et technologiques, et de réaliser de nouvelles performances en termes de gestion industrielle, agricole, scientifique ou encore socio-culturelle.

Les entreprises nationales ont désormais la possibilité de participer à des chaînes de valeur et de production régionales en investissant davantage dans des produits de plus grande valeur ajoutée. La présidente du Conseil des affaires asiatique de l’OMC, Lubna Olayan, s’est déclarée impressionnée par la capacité du Vietnam à limiter les conséquences de la crise économique mondiale et s’en sortir, ainsi qu’à maintenir une croissance soutenue et régulière. Le Conseil, a-t-elle poursuivi, apprécie également la volonté stratégique du Vietnam de promouvoir un développement économique durable et homogène pour devenir une économie jeune et dynamique, dotée de ressources humaines aussi abondantes que qualifiées.

En faisant preuve d’initiative, le Vietnam saisit au mieux les opportunités offertes par son processus d’intégration.

À l’intérieur, il s’emploie à améliorer la qualité de la croissance et la compétitivité de son économie. En menant des réformes à l’intérieur du pays et en s’intégrant de plus en plus profondément à l’économie mondiale, le Vietnam se développe durablement, et se tient prêt à jouer un rôle plus important sur la scène internationale.

Le Vietnam commerce avec plus de 200 pays

Le Vietnam entretient des relations commerciales avec plus de 200 pays et territoires, dont 70 qui en importent pour plus de 100 millions de dollars, selon un rapport sur l’import-export du Vietnam en 2016 rendu public fin mars dernier par le ministère de l’Industrie et du Commerce.

Le vice-ministre de l’Industrie et du Commerce, Trân Quôc Khanh, a indiqué que, en cette conjoncture nationale de profonde intégration internationale, le secteur vietnamien de l’import-export avait connu des changements spectaculaires.

Le commerce extérieur s’est élevé à 349,16 milliards de dollars en 2016, dont 175,9 milliards de dollars d’exportations, soit une croissance de 8,6% en glissement annuel. Et 25 groupes de produits ont atteint plus d’un milliard, contre 23 en 2015. En 2016, les exportations en Chine se sont établies à 22 milliards de dollars pour une progression de 28,4%; en République de Corée, 11,5 milliards pour 28% ; au Japon, 14,7 milliards pour 14,7% ; et en Inde, 2,7 milliards pour 8,7%.

Selon Trân Quôc Khanh, le Vietnam a signé 10 ALE et poursuit la négociation ou effectue les formalités de plusieurs autres, avec nombre de ses grands partenaires économiques. En particulier, l’ALE Vietnam - République de Corée a permis aux exportations vietnamiennes d’augmenter de 29% pour atteindre 11,5 milliards de dollars en 2016. La stabilité du taux de croissance des exportations en 2016 a contribué à celle du PIB, à la création d’emplois, à la consommation de biens par les agriculteurs, à l’augmentation des réserves de change, à la stabilisation des taux de change, et à la stabilité de l’économie nationale.

En 2016, la Chambre de Commerce et d’Industrie du Vietnam (VCCI en abréviations anglaises) a publié les résultats d’un sondage mené auprès de 1.500 entreprises. Environ 88% ont prévu d’améliorer leur productivité pour profiter des opportunités offertes par les ALE.

D’après Nguyên Thi Thu Trang, responsable d’un organe dépendant de la VCCI, presque toutes les entreprises sont prêtes à profiter de ces accords. Précisément, elles cherchent à améliorer la qualité de leurs produits, à appliquer des avancées technologiques et à accéder aux nouveaux marchés.

Toutefois, certaines ne saisissent pas bien la nature des engagements pris, notamment en ce qui concerne l’accès au marché des pays partenaires et l’ouverture du marché domestique aux étrangers. Dans ce cas, elles ne pourront pas profiter des opportunités et gérer les risques engendrés par ces ALE.

En 2016, le Vietnam a commencé à mettre en place des accords de libre-échange de nouvelle génération avec une libéralisation plus profonde. Une mise en œuvre active permet de profiter des avantages apportés par ces accords, contribuant à intensifier l’intégration de toute l’économie nationale. – CVN/VNA