Des proches des passagers de l'ATR 42 qui s'est abîmé en mer attendent des informations le 17 août à Jayapura, capitale de la Papouasie.
Photo : Xinhua/VNA

Les corps des 54 personnes à bord de l’avion qui s’est écrasé le 16 août dans une région montagneuse isolée de l’Est de l’Indonésie ont été découverts le 18 août par les équipes de secours arrivées sur le site. Les boites noires ont été récupérées.

Les secouristes ont découvert les 54 corps des passagers et membres d'équipage qui se trouvaient à bord de l'avion qui s'est écrasé dans la province de la Papouasie (Est de l'archipel indonésien), a annoncé le 18 août le ministère indonésien des Transports.

"À 00h30 heure locale (03h30 GMT), les secouristes ont trouvé tous les corps des 54 victimes de l'avion de Trigana Air", a déclaré le porte-parole du ministère des Transports, J.A. Barata.

L'avion s'est écrasé le 16 août sur le mont Tangok dans la région de Bintang alors qu'il assurait la liaison entre Jayapura, chef-lieu de la province de Papouasie, et Oksibil, a précisé M. Barata.

Le lieu de l'accident se trouve à environ 15-20 km de l'aéroport d'Oksibil, a indiqué le général Badrodin Haiti, chef de la police nationale. Les secouristes devaient évacuer ce mardi 18 août par hélicoptère les corps des victimes, a déclaré un fonctionnaire de l'Agence indonésienne de recherche et de secours (Basarnas).

Selon les photos publiées par la chaîne TV One, le vol TGN267 a été pulvérisé en s'écrasant sur ce un terrain montagneux.

420.000 euros dans les soutes

Les secours vont donc devoir hélitreuiller les corps des victimes, a expliqué le directeur de l'Agence nationale de recherches et de secours, Bambang Soelistyo. Mais le mauvais temps crée des difficultés, a déclaré le directeur des opérations chez Trigana Air, Beni Sumaryanto : "La météo variable est un défi, elle passe très vite du bon au mauvais, et il fait très froid maintenant". Les secouristes ont aussi retrouvé les boîtes noires - enregistreurs de vol de l'appareil -, a indiqué le ministère des Transports. Les enregistrements, s'ils sont exploitables, pourraient peut-être expliquer ce qui a provoqué l'accident du bi-turbopropulseur ATR 42. L'appareil avait disparu le 16 août des écrans radars lors d'un vol de quelque 45 minutes entre Jayapura, capitale de la Papouasie, et Oksibil, ville à un peu moins de 300 km au Sud. Le contact avait été perdu dix minutes avant l'atterrissage, après que le pilote a demandé l'autorisation d'entamer la descente par mauvais temps.

Aucune information n'a été communiquée sur l'importante somme d'argent liquide convoyée par des employés de la poste de Papouasie - 6,5 milliards de roupies (420.000 euros) qui devaient être distribués à des familles pauvres de la province. Une équipe d'une centaine de secouristes, parmi lesquels des policiers et militaires, se trouvait sur le site de l'accident, a déclaré le ministère des Transports. Les opérations avaient été suspendues le 17 août en raison du mauvais temps et d'une visibilité très réduite. -AFP-Xinhua/VNA