Trân Hùng John, un jeune homme américain d’origine vietnamienne, s’est engagé le 10 mai 2012 sur un itinéraire à pied de 80 jours de Hanoi à Hô Chi Minh-Ville, le porte-monnaie vide. Cet itinéraire transvietnamien, particulièrement apprécié de tout le monde, a été relaté par ce jeune dans son livre "John recherche Hùng", publié par les Éditions Kim Dông.

"John recherche Hùng" a été présenté samedi dernier au public de la mégapole du Sud. À cette occasion, tout le monde, dont beaucoup de jeunes, s'est encore une fois étonné de cette aventure. Pour se nourrir et se loger, ce jeune Américain a dû travailler et vivre en compagnie de la population de toutes les localités qu’il a traversées.

Depuis sa naissance, l’image et l’homme du pays d'origine lui ont été racontés par sa grand-mère. Mais les histoires de cette dernière n’ont pu satisfaire sa curiosité sur son pays natal. Aussi Trân Hùng John a toujours eu le grand espoir de connaître le Vietnam. Coup de chance, un séjour lui a été accordé dans le cadre d’un programme d’échanges culturels Vietnam - États-Unis en août 2010. Deux années après cette première visite, Trân Hùng John a décidé de traverser à pied le Vietnam, dans le but de découvrir en profondeur mon pays natal.

"Je me trouve 100% de nature vietnamienne"

Ce diplômé de l’Université américaine de Berkeley est parti avec un bagage des plus simples : trois vêtements, un briquet, un couteau, de la crème solaire, une carte, un carnet, un chargeur de téléphone, une paire de chaussures, une brosse à dents, une torche électrique, une tente, un chapeau et une bouteille d’eau, le tout dans un sac à dos. Et cela, avec strictement rien dans les poches.



«Travailler m’a permis de survivre durant tout mon itinéraire transvietnamien», confie Trân Hùng John. Photo : Net/VNA



«Travailler m’a permis de survivre durant tout cet itinéraire transvietnamien», souligne-t-il, sans oublier de mentionner «une fois, j’ai reçu 100.000 dôngs d’une personne du Centre».

D’après Trân Hùng John, le Vietnam est un pays intéressant. Chaque localité possède sa culture, sa personnalité et sa gastronomie. «L’objectif de mon itinéraire est de voir de mes propres yeux la beauté multiforme de mon pays natal», confie-t-il.

«Je ne peux pas choisir le lieu où je suis né. Mais je suis 100% vietnamien», souligne-t-il. Évoquant la tendance des jeunes Vietnamiens à adopter de plus en plus un mode de vie américain, Trân Hùng John a déclaré se soucier de l’avenir de la nouvelle génération. «La culture vietnamienne se perd de plus en plus», affirme-t-il.

Avec cet itinéraire, "Je souhaite aider des jeunes Vietnamiens à mieux comprendre les choses et à se glorifier de leurs origines", conclut-il. – VNA