Les habitants vivant aux alentours de la Réserve nationale de Pù Luông, dans la province de Thanh Hoa (Nord), s’engagent à développer l’écotourisme. Une orientation qui leur permet de gagner de quoi vivre tout en contribuant à la protection de l’environnement.

La Réserve naturelle de Pù Luông se trouve à environ 180 km de Hanoi. Ouverte au public depuis quatre ans, elle est une destination idéale pour les gens proches de la nature. Réputée pour sa biodiversité ainsi que l’hospitalité de ses habitants, le site accueille un nombre croissant des touristes. Selon les statistiques du comité de gestion de cette réserve, ces quatre dernières années, Pù Luông a accueilli environ 4.000 visiteurs par an, toutes nationalités confondues.

Consciente des gros avantages de l’écotourisme, une partie des habitants locaux d’ethnie Thai s’est lancée dans le développement de ce modèle, expliquant la naissance du homestay et de quelques services en parallèle.

D’une pierre, deux coups

Si auparavant, passer la nuit à Pù Luông pouvait en inquiéter plus d’un, faute de lieux d’hébergement, ce problème ne se pose plus. Les aventuriers - mais également les moins débrouillards - peuvent facilement trouver un nid douillet à leur mesure dans les maisons sur pilotis des habitants plantées en pleine nature. Aujourd’hui, une trentaine de maisons des minorités Thai, réparties dans sept villages autour du site, proposent ce service quelle que soit la période de l’année.

Vàng Thi Dao, une responsable de l’Union des femmes du village de Hui, informe que la majorité des habitants de son village commence à tirer profit de l’écotourisme - ce par le biais du homestay - et n’ont plus besoin de vivre uniquement de la chasse et de la cueillette des produits forestiers.

Rien de tel qu’une bonne randonnée pour découvrir le site.
«Avec l’assistance financière des autorités locales, les Thai réaménagent soit une partie de leur maison, soit les élargissent pour accueillir les touristes. Si ces derniers le désirent, les +aubergistes+ peuvent aussi leur servir les repas - constitués de spécialités locales - ou faire office de guide, eux qui connaissent la région sur le bout des doigts», présente Mme Dao, qui gère aussi une maison sur pilotis du village de Hui, au cœur d’une vallée de la réserve. Tout l’équipement nécessaire au service de l’usage quotidien des touristes est fait des matières premières que l’on trouve ici dans la nature. Ici, nulle trace de béton, de briques ou de sacs plastiques.

Le développement des services de l’écotourisme permet aux habitants d’augmenter les recettes familiales et de limiter la pression exercée sur les ressources forestières. Dô Ngoc Duong, directeur adjoint du comité de gestion de la Réserve nationale de Pù Luông, observe une forte baisse du braconnage dans les villages dont les foyers ont développé des services écotouristiques.

«Le plus grand avantage dans le développement de l’écotourisme à Pù Luông réside dans le fait que cette activité bénéficie directement aux habitants locaux, ce qui leur permet d’améliorer de manière substantielle leurs revenus et de mettre fin à l’exploitation illégale des ressources forestières. Cela nous aide bien sûr énormément dans notre mission de protection et de préservation du site», conclut-il. - VNA