lundi 21 août 2017 - 08:11:20

Hô Chi Minh-Ville lutte durablement contre la pauvreté

Imprimer

En plus de 20 années de mise en œuvre du programme de lutte contre la pauvreté, Hô Chi Minh-Ville a obtenu des résultats encourageants, quatre arrondissements ayant atteint une année avant terme leurs objectifs en la matière pour la 4e période, de 2014 à 2015.

Selon le Comité populaire de Hô Chi Minh-Ville, le taux de pauvreté suivant les seuils de revenus de la 4 e période, moins de 16 millions de dôngs par personne et par an, est de 2,4%, ce qui représente 47.684 foyers. Et ceux qui sont au seuil de la pauvreté, soit de 16 à 21 millions de dôngs, sont 49,651, soit un taux de 2,5%.

Le 11 e arrondissement est un modèle de lutte contre la pauvreté. En dehors des crédits à taux préférentiel, les autorités ont créé de l’emploi stable pour 312 pauvres, en ont envoyé 10 autres à l’étranger, et ont organisé des formations professionnelles au profit de 86 autres. Elles ont également accordé 6.700 cartes d’assurance-santé, et 958 bourses d’une valeur totale de 332 millions de dôngs...

M me Nguyên Thi Thêm, responsable du service de la lutte contre la pauvreté de l’arrondissement de Tân Binh, a déclaré qu’en 2012, il y avait encore 1.444 foyers défavorisés. Mais grâce à ses politiques d’assistance telles que formation professionnelle, prêt à taux préférentiel, envoi de travailleurs à l’étranger... Tân Binh n’a plus de famille pauvre suivant le seuil de pauvreté de la ville de la période 2014-2015.

Critères concrets

Le recul du taux de pauvreté de la ville est rapide, mais toujours pas durable, car la plupart des foyers sortent de la pauvreté grâce à du travail temporaire ou peu stable, par exemple et avec le bénéfice d’un crédit à taux préférentiel, un petit boulot, un magasin de gâteaux...

L'élevage de vache laitière contribue à la luttre contre la pauvreté.
M me Hà, domiciliée dans le 11 e arrondissement, est récemment sortie de la pauvreté grâce aux politiques d’assistance des autorités locales. Avec un crédit de 50 millions de dôngs accordé par le programme de soutien financier des pauvres, elle a créé un petit établissement de production de fleurs en papier, un travail qui lui donne finalement un bon revenu en fin de l’année. Cependant, «après le Têt, la demande baisse, et je ne sais pas si mon commerce tiendra», s’inquiète-t-elle .

Selon un économiste, pour lutter durablement contre la pauvreté, la ville doit continuer d’appliquer des mesures plus efficaces comme l’investissement dans la production artisanale, la création d’établissements de production ou de commerce convenant aux capacités de travailleurs pauvres, l’organisation de formations professionnelles suivant les besoins des entreprises.

Pour ce, la ville a déjà demandé aux comités et branches concernés de faire un état des lieux complet et une étude des besoins de chaque famille afin de trouver les mesures d’assistance les mieux adaptées.

«Le mode de calcul de taux de pauvreté fondé seulement sur le revenu ne convient pas dans une grande ville. Plusieurs familles ne sont pas pauvres, alors qu’ils rencontrent des difficultés d’accès aux soins de santé, au logement, à l’éducation...», a expliqué Nguyên Van Xê, directeur adjoint du Service du travail, des invalides de guerre et des affaires sociales de Hô Chi Minh-Ville.

Depuis le début de cette année, la ville applique aux 4 arrondissements précités une nouvelle modalité de détermination de la pauvreté qui repose sur 5 critères : l’accès aux services de santé, d’éducation, d’information, les conditions de vie, le bénéfice d’assurances sociales et l’assistance sociale, laquelle sera appliquée dans toute la ville pendant la période 2016-2020.

«Ces critères permettent non seulement de déterminer plus efficacement la pauvreté, mais aussi de classifier les situations de pauvreté, ce qui est important pour les autorités en vue de prendre les mesures les plus adaptées selon les cas. En 2020, la ville atteindra son objectif d’éradiquer la pauvreté», a-t-il souligné. -CVN/VNA
Vos commentaires sur cet article ...
Autres