À partir du 1er juillet, le salaire minimum des fonctionnaires, employés et membres des forces armées passera à 1,3 million de dôngs par mois. Photo: VNA
Hanoi (VNA) - À partir du 1er juillet, le salaire minimum des fonctionnaires, des employés et des militaires passera à 1,3 million de dôngs par mois, contre 1,21 million de dôngs actuellement.

L’augmentation du salaire minimum fait partie des prévisions budgétaires 2017 approuvées par l’Assemblée nationale, a informé Vo Thành Hung, chef du Département des affaires budgétaires du ministère des Finances.

"Cette hausse de près de 7,4% concerne de 6 à 7 millions de salariés", selon Vo Thành Hung.

L’Assemblée nationale a confié au gouvernement la tâche de garantir un revenu minimal aux fonctionnaires, employés et membres des forces armées. Elle a demandé aux ministères, branches, localités, sur la base du budget prévisionnel alloué, d’équilibrer la balance recettes-dépenses dans le budget. Le budget d’État financera en partie cette majoration pour les localités déshéritées ou qui ont des difficultés de trésorerie, conformément à la réglementation.

Avis d’économistes

Dang Duc Anh, chef de la Section d’analyse et prévisions du Centre national d’information et de prévisions socioéconomiques, considère que cette hausse modeste du salaire minimum, de l’ordre de 90.000 dôngs par mois, n’aura pas d’influence notable sur les prix du marché.

En effet, a analysé qu’à cause du pouvoir d’achat bas, la hausse du salaire minimum n’entraînera pas une plus forte progression de l’indice des prix à la consommation.

À ce niveau actuel de salaire minimum, les conditions de vie des fonctionnaires, des employés et des membres des forces armées est toujours difficile, a ajouté l’expert.

Selon l’économiste Dinh Thê Hiên, afin que les employés aient une vie aisée, des augmentations de salaires devraient être réalisées plus fréquemment.

Concernant la hausse du prix des produits, l’économiste Nguyên Minh Phong a assuré que les précédentes augmentations de salaire sont survenues dans des périodes de pénurie de produits, c’est pourquoi les commerçants profitaient de l’occasion pour augmenter leurs prix. Cette hausse modeste de 5% à 7% du salaire minimum aura de grands impacts sur le prix des produits, a-t-il ajouté.

Toujours selon lui, les services concernés devraient prendre des mesures de surveillance et de gouvernance. En particulier, les programmes de stabilisation de prix devraient être poursuivis dans l’ensemble du pays. -CVN/VNA