jeudi 17 août 2017 - 18:28:53

Hanoi donne la priorité aux sports olympiques

Imprimer

Hanoi (VNA) - Les disciplines olympiques restent la pierre angulaire de l’éducation physique et des sports de Hanoi. Ainsi, la capitale concentrera ses efforts dans les disciplines «cibles». En ligne de mire : les Jeux olympiques (JO) et les Jeux sportifs d’Asie (ASIAD).

Hanoi a montré, puis confirmé ses nouveaux progrès lors des deux dernières éditions des Jeux sportifs nationaux. Photo : Quôc Khanh/VNA/CVN

 Hanoi a montré, puis confirmé ses nouveaux progrès lors des deux dernières éditions des Jeux sportifs nationaux, organisés tous les quatre ans. En 2010, la municipalité avait remporté le classement final, avec une cinquantaine de médailles d’or de plus que Hô Chi Minh-Ville, sa dauphine. En 2014, la délégation de la capitale a défendu avec succès son titre national, avec 64 médailles d’or de plus que sa poursuivante, là encore la mégapole du Sud.


«Ces bons résultats ont prouvé la force du sport de Hanoi. Nos sportifs ont souvent pris le meilleur dans les disciplines olympiques, dont l’escrime, l’aviron, le tir à l’arc, la gymnastique artistique, la lutte ainsi que les disciplines inscrites au calendrier des compétitions des ASIAD comme le wushu», insiste Phan Anh Tu, directeur adjoint du Centre d’entraînement et de compétitions de l’éducation physique et des sports de Hanoi.  

Un grand acteur du succès international

Les sportifs et entraîneurs de Hanoi occupent souvent environ un tiers de la délégation vietnamienne envoyée pour prendre part aux JO, aux ASIAD ou aux Jeux sportifs de l’Asie du Sud-Est (SEA Games). «Lors des ASIAD 17 disputés en septembre et octobre 2014 à Incheon (République de Corée), la Hanoïenne Duong Thuy Vi a décroché la seule et unique médaille d’or du pays. C’était en wushu», souligne Phan Anh Tu.

«Pour préparer l’avenir, nous devons nous reposer sur nos fondements. En d’autres termes : s’appuyer sur les disciplines olympiques dans lesquelles nous avons obtenu des succès encourageants telles que la gymnastique artistique, la lutte, le tir à l’arc et l’athlétisme. De nombreuses disciplines olympiques bénéficieront de la politique d’investissement appliquée par les instances sportives nationales, en vue des JO et des ASIAD», poursuit-il.

Lors des ASIAD 17 disputés en 2014 à Incheon (République de Corée), la Hanoïenne Duong Thuy Vi a décroché la seule et unique médaille d’or vietnamienne, en wushu. Photo : Huu Quy/VNA/CVN
D’ici 2020, la ville a pour objectif de disposer d’un contingent de 1.100 sportifs ayant le statut «de haut niveau», outre 850 entraîneurs et 1.000 arbitres de tous niveaux. Elle s’efforce de former des athlètes afin que dix à douze d’entre eux participent aux JO de Rio 2016 (Brésil) et de Tokyo 2020 (Japon) dans l’optique d’y remporter une ou plusieurs médailles. Et d’ici 2030, ils devront être de 13 à 15 représentants et remporter au moins un titre olympique...


Au niveau de la formation des athlètes, la capitale a modifié les critères de recrutement, les méthodes d’entraînement des talents, ainsi que les modalités de sélection pour constituer des équipes compétitives en nombre suffisant. La formation et l’entraînement des meilleurs éléments - ou de ceux affichant le plus grand potentiel - dans les sports ciblés bénéficieront de priorités en vue de leur donner les meilleures chances de remporter des médailles lors des ASIAD et des JO.

«D’ici 2020, nous sélectionnerons et détecterons de nouvelles pépites. Ces athlètes seront envoyés à l’étranger suivre des stages d’entraînement intensifs afin de briller au plus haut niveau international. Aujourd’hui, le plus important réside dans l’art et la manière de réaliser le plan», affirme Phan Anh Tu. 

La ville demandera aux organisations de faire des recherches pour appliquer les avancées scientifiques en matière de dépistage des jeunes talents, de traitement des blessures, de rééducation, de récupération, de nutrition, sans oublier la prévention et la lutte contre le dopage.

Des infrastructures à perfectionner

Ce n’est un secret pour personne : les infrastructures sportives sont déterminantes dans la quête du succès au plus niveau. Consciente de cela, la ville de Hanoi en a fait bâtir de nouvelles, tout en procédant à la rénovation et à la modernisation de plusieurs stades et gymnases conformément à son plan d’aménagement pour le développement des sports et de la gymnastique à l’horizon 2020 et sa vision 2030.

Par ailleurs, la ville révise les politiques de rémunération, de gratification, d’évolution de carrière et de distinction, en particulier pour les sportifs et entraîneurs ayant de bons résultats. La capitale cherche en outre à professionnaliser le sport, le haut niveau devant être impliqué dans des activités sociales et de loisirs en vue de généraliser la pratique du sport dans la société.

Dans le prolongement de cette idée, elle encouragera les associations et organismes à investir ou à parrainer le sport, multipliera les échanges et renforcera les diverses formes de coopération afin de solliciter davantage d’assistances financières mais aussi techniques au service du développement du sport de Hanoi. -CVN/VNA

 

Vos commentaires sur cet article ...
Autres