jeudi 17 août 2017 - 00:32:57

Greffe de cellules souches de sang de cordon conservées en banque

Imprimer

L’Institut central d’hématologie et de transfusion sanguine a réalisé avec succès sur une patiente la première greffe de cellules souches issues du sang de cordon ombilical d’un non consanguin, a-t-il annoncé jeudi à Hanoi.

Hoàng Thi Thuy Linh, 28 ans, souffrait de leucémie aiguë monocytaire sans différenciation M5a, un des sous-types de leucémie aiguë myéloblastique (LAM), laquelle est un cancer de la lignée myéloïde des leucocytes.

Comme les échantillons prélevés sur son petit frère ne sont pas génétiquement compatibles, les médecins ont cherché dans les 450 échantillons de cordon ombilical conservés auprès de la banque de cellules souches dudit institut et en ont trouvé trois qui sont adaptés à la greffe.

La transplantation s’est déroulée le 30 décembre 2014. Trois mois après, la patiente a des constantes hématologiques presque normales et a pu se déplacer seule. Elle pourrait rentrer chez elle la semaine prochaine.

Selon le Docteur Bach Quôc Khanh, directeur adjoint dudit institut, la greffe de souches issues du sang placentaire issues d’un non consanguin a prolongé la vie de la patiente Hoàng Thi Thuy Linh. Cela ouvre également de grandes opportunités pour nombre de patients atteints de maladies du sang.

Le coût de l’opération s’est élevé à près d’un milliard de dôngs (46.309 dollars). Mais puisqu’il s’agissait d’une première, la patiente n’a eu à débourser 200 millions de dôngs (9,261 dollars), la moitié étant couverte par l’assurance-maladie et 300 millions de dôngs (13,892) pris en charge par l’institut.

Le sang de cordon ombilical est une source privilégiée de cellules souches en tout point semblables à celles qui sont présentes dans la mœlle osseuse. Il s’agit de cellule de base, non spécialisées, qui sont utilisées par le corps pour fabriquer les principaux composants du sang, les cellules du système immunitaire, ou encore les vaisseaux sanguins et le muscle cardiaque...

La méthode thérapeutique consiste à réaliser une greffe de ces cellules souches afin de produire des cellules dérivées saines dans le traitement de pathologies lourdes, comme le cancer ou les affections génétiques.

Depuis 2006, l’Institut central d’hématologie et de transfusion sanguine a réalisé 150 transplantions de cellules souches provenant du patient lui-même ou issues d’un donneur qui est un proche. – VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres