Hanoï (VNA) - L’arrêt de la production du Samsung Galaxy Note 7 annoncé par le géant sud-coréen risque d’entraîner une baisse drastique des exportations de certaines entreprises vietnamiennes. Plusieurs économistes s’inquiètent des exportations nationales, qui portent notamment sur les composants électroniques fabriqués les deux usines de Samsung au Vietnam.

De nombreux cas d'inflammation de sa batterie conduit Samsung à retirer immédiatement les exemplaires présents sur le marché. Photo : AFP/VNA


Au début du mois d’août, le groupe sud-coréen a lancé en grande pompe son nouveau Galaxy Note 7 aux États-Unis dans le but de supplanter l’iPhone d’Apple sur le marché des terminaux intelligents. Le Note 7 a été présenté le 10 août, puis commercialisé au Vietnam une dizaine de jours après, au même moment que dans de nombreux autres pays du monde.

Connaissant un grand succès, le Note 7 a toutefois rapidement rencontré de graves problèmes avec de nombreux cas d’inflammation de sa batterie, conduisant Samsung à retirer immédiatement les exemplaires présents sur le marché et à les échanger. Mais de mêmes incidents se reproduisant sur certains des exemplaires échangés, le groupe a annoncé l’arrêt définitif de la commercialisation, puis, finalement, de la production, par respect intransigeant de la sécurité de ses clients.

Selon les informations de Samsung Vietnam, l’entreprise a suspendu le programme d’échange des Note 7 commercialisés au Vietnam et engagé un programme de remboursement intégral de tous les propriétaires d’un Note 7, déjà échangé ou non, acquis chez un distributeur agréé avec, en outre, l’offre d’un coupon de 1,5 million de dôngs pour l’achat de produits Samsung dans tous les magasins du pays.

Les grands distributeurs vietnamiens sont néanmoins très sensibles à cette mauvaise nouvelle. Ils reprennent les Galaxy Note 7 dans tous leurs points de vente, et se sont engagés à dédommager les clients. Ce fiasco a réellement causé de grosses pertes au géant sud-coréen, et est un coup très dur pour l'image de Samsung qui s’est longtemps présentée comme offrant des produits de qualité dans les technologies de pointe.

Quelles incidences sur les exportations de composants électroniques ?

Des économistes s'inquiètent d'une chute des exportations dans le secteur de composants électroniques du Vietnam suite au fiasco de Galaxy Note 7.  

Photo : Hoàng Nguyên/VNA

Ces dernières années, l’industrie des composants électroniques est devenue de plus en plus un secteur de pointe pour l’économie du Vietnam, ainsi qu’un important facteur d’attrait de l’investissement étranger. Plusieurs groupes ont créé des usines dans des pays émergents comme le Vietnam, dont le géant sud-coréen qui en possède deux, l’une à Bac Ninh (SEV) et l'autre à Thái Nguyên (SEVT). Celles-ci fabriquent diverses gammes de produits de Samsung, non seulement des phablettes, mais aussi des smartphones tels que les Galaxy S7 et S7 Edge, ou encore les Galaxy A et J... Ces produits contribuent considérablement au chiffre d’affaires à l’exportation du Vietnam, de sorte que certains économistes s’inquiètent d’une chute des exportations nationales dans ce secteur en suite du fiasco du smartphone Galaxy Note 7.

Le Dr Nguyên Duc Thành, directeur de l’Institut de recherche en économie et politique (Vietnam Institute for Economic and Policy Research - VEPR), considère que l’économie vietnamienne, qui dépend beaucoup des exportations, en particulier de composants électroniques, aurait du mal à subir les contrecoups de cette affaire. L’arrêt de la commercialisation de ce produit a causé des pertes de plusieurs dizaines de millions de dollars aux États-Unis, ce qui devrait se répercuter sur les pays dans lesquels Samsung possède des usines.

Contrairement aux spécialistes, les représentants de Samsung Vietnam se montrent optimismes sur ce point, assurant que leurs exportations de 2016 ne seront pas affectées, et que la prévision de leur augmentation cette année n’est pas changée. En outre, les deux unités de production de Samsung au Vietnam n’ont aucun plan de réduction de leurs effectifs d'environ 110.000 employés. Ce fiasco de l’entreprise d’électronique sud-coréenne Samsung lui a toutefois coûté plusieurs milliards de dollars, se voyant freiner dans ses ambitions de damer le pion au géant Apple sur le marché des terminaux de très haut de gamme. Actuellement, le groupe tente de circonscrire la crise en minimisant les dégâts causés par l’affaire du Note 7, plaçant de nouveaux espoirs dans la prochaine version de son Galaxy S, dont les ventes se portent fort bien. -CVN/VNA