Bac Giang (VNA) - Ayant vécu une vie difficile, Dông Van Hiêp, habitant de la commune de Nghia Hung (province de Bac Giang, Nord), s’est lancé dans la culture de champignons comestibles. Son petit commerce a permis de créer plusieurs emplois pour les habitants locaux.

Nghia Hung demeure une commune défavorisée du district de Lang Giang. Les locaux y gagnent plus ou moins leur vie essentiellement par les travaux champêtres ou par l’élevage de volailles. Seulement, ces commerces sont contraints d’être limités qu’au village.

Dông Van Hiêp contrôle la croissance des champignons. Photo : Dông Thuy/VNA/CVN

Dông Van Hiêp est un homme de 36 ans qui vit dans cette localité depuis sa naissance. Sa vie a basculée alors qu’il participait à une formation sur la culture de champignons comestibles organisée par l’Association communale des paysans. Ce nouveau secteur, qu’il méconnaissait auparavant, l’a immédiatement séduit. Par suite, Hiêp se lança dans des recherches personnelles et lut sur Internet des articles en rapport à la culture de champignons. «Cent choses entendues ne valent pas une chose vue», dit-il. Ainsi, Hiêp s’est rendu dans plusieurs fermes de champignons à Bac Giang et dans les autres provinces aux alentours afin d’enrichir ses connaissances par les expériences. «À ce moment-là, mes grandes incertitudes concernaient les débouchés. Je me suis donc rendu dans les marchés communaux de Bac Giang, Bac Ninh et Hanoï pour m’informer sur le pouvoir d’achat de ces produits. La haute demande de ce produit m’a donné la conviction de me lancer dans la culture de champignons», raconte Hiêp.

Tout d’abord, il a entreprit la construction d’une exploitation agricole de 500 m² destinée à la plantation de champignons noirs, pleurotes en huître, champignons blancs et champignons sur paille. Tous ses efforts conjugués ont finalement été récompensés. À la fin de la première année, Hiêp a fait un bénéfice de plus de 100 millions de dôngs (4.400 dollars). Plusieurs acheteurs ont commencés à effectuer des commandes en quantités importantes. En 2014, Hiêp a pu investir dans l’élargissement de son exploitation pour disposer d’un champ de 1.500 m². Le respect du processus technique a permis la bonne croissance des champignons avec des rendements élevés. La vente des champignons lui ont rapporté environ 200 millions de dôngs (plus de 8.800 dollars).
 
Une transition qui accélère la productivité
 
En 2015, la culture de champions réalisée par la famille de Dông Van Hiêp est soutenue par le Comité populaire de la province de Bac Giang. Hiêp a reçu une allocation d’environ 1 milliard de dôngs (plus de 44.200 dollars). À cela s’ajoute les emprunts auprès de ses amis, ce qui lui a permis d’étendre sa zone d’exploitation à 3.000 m2. De plus, il a investi dans divers équipements modernes comme un système d’arrosage automatique, chaudière, étuve stérilisée pour les matières premières… Sa récolte s’élève à 4 tonnes de champignons noirs séchés et 20 tonnes de pleurotes en huître pour un profit de plus de 300 millions de dôngs.

Dông Van Hiêp guide ses travailleures à préparer des substrats pour la culture de champignons. Photo : Dông Thuy/VNA/CVN

Pour la saison de 2016, Hiêp a utilisé 600 tonnes de matières premières pour la production de différentes sortes de champignons comestibles dont les champignons noirs, champignons sur paille et les pleurotes en huître. Outre la main d’œuvre familiale, son exploitation a aussi permis la création d’emplois durables pour cinq autres agriculteurs pour un revenu mensuel d’environ 3,5 millions de dôngs/personne, sans compter les dizaines de travailleurs qu’il accueille à chaque saison.

Présentement, Dông Van Hiêp continue d’exploiter de nouvelles techniques toujours plus efficaces pour sa production et envisage d’étendre ses exploitations afin de fournir durablement le marché des produits de qualité. Plus important encore, s’accompagne la création d’emplois au revenu stable pour les agriculteurs de cette région défavorisée. -CVN/VNA