Un groupe d'experts de la Faculté de médecine Kanazawa du Japon a mené du 30 avril au 3 mai une étude sur les effets de l'agent orange/dioxine sur la santé humaine dans le quartier de Tân Phong, ville de Biên Hoa, province de Dông Nai (Sud).

Il s'agit d'une zone limitrophe de l'aéroport de Biên Hoa - un lieu de contamination massive.

Ce programme a pour but d'évaluer les effets de la dioxine sur le développement de l'intelligence et du système nerveux de 74 enfants âgés de six à sept mois.

Les experts japonais ont aussi interrogé les parents de ces enfants sur la vie quotidienne, les conditions économiques familiales, ainsi que les soins et le régime nutritionnel de leurs enfants.

Selon l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du Vietnam (VAVA), de 1961 à 1971, l’armée américaine a déversé environ 80 millions de litres de défoliants toxiques au Vietnam, lesquels contenaient près de 400 kg de dioxine, l'un des produits toxiques les plus puissants, qui perturbe les fonctions hormonales, immunitaires et reproductives de l'organisme. Plus de 4,8 millions de Vietnamiens ont été exposés à la dioxine, dont 3 millions en subissent encore les séquelles. - VNA