jeudi 17 août 2017 - 18:55:33

Efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Imprimer

Hanoi (VNA) - En écho à l’appel à réduire les émissions de gaz à effet de serre, lancé en 2008 par le Programme des Nations unies pour l’Environnement (UNEP), la mégapole du Sud a fait preuve d’engagement par le biais de multiples opérations concrètes.

L’hôtel Continental certifié «bâtiment économe en énergie» - 1er prix en 2014.

De nombreuses activités déployées

Dès 2010, la ville s’est mise à définir des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, dont le CO2, via des économies d’énergie et la recherche d’autres sources énergétiques, renouvelables.

Par le biais de programmes d’économie d’énergie au sein des foyers, des organes administratifs, des associations professionnelles et de l’éclairage publique, en 2013, la ville a économisé quelque 554 millions de Kwh, soit l’équivalent d’une réduction de 345.000 tonnes de CO2/an, selon un rapport du Bureau municipal des changements climatiques. En août 2015, la ville a décidé de remplacer progressivement par des LED 100.000 tubes fluorescents et néons au sodium, très gourmands en énergie, pour l’éclairage public.

Depuis 2007, le Département général de l’énergie, relevant du ministère de l’Industrie et du Commerce, en coopération avec le Centre municipal pour les économies énergétiques, a mis en œuvre le programme «Efficacité énergétique dans les bâtiments» qui a vu la participation de centaines de participants dont bon nombre de grands hôtels et de  centres commerciaux, qui ont décroché des prix lors de 8 concours sur le même thème, organisés par les organismes compétents jusqu’en janvier 2016.

Concernant les transports en commun, le Service municipal de la communication et des transports a encouragé les entreprises de transport public à utiliser le gaz naturel comprimé (CNG) au lieu des carburants classiques. Depuis 2011, 21 véhicules de transport public consommant du CNG ont été mis en circulation. Ce nombre est passé, cinq ans plus tard,  à 137. Et fin 2016, la ville en comptera 300, sur toutes ses lignes.

«Les autobus consommant du CNG peuvent réduire entre 20 et 30% leurs émissions de CO2 par rapport aux vieux autobus», a affirmé Vu Van Luât, représentant de la compagnie Saigon Bus.

Politiques et perspectives de réduction des gaz à effet de serre

Plus d’autobus seront dotés du CNG d’ici fin 2016

En 2013, la Société générale de l’électricité de la ville, sous la direction du Comité d’approvisionnement et d’économie d’énergie, a lancé le programme «Économies d’énergie dans les foyers pour la période 2013-2015». Résultat surprenant avec plus de 2.000.000 familles qui s’y sont inscrites et ont réduit de 1,35 milliard de kWh, l’équivalent de 844.387 tonnes de CO2. Selon un rapport rendu public fin janvier 2016 par ce comité, rien qu’en 2015, près de 600.000 familles participantes ont économisé 451,87 millions de kWh, l’équivalent d’une réduction de 282.149 tonnes de CO2.

La ville a également fixé l’objectif de réduire, en 2016, le rejet de quelque 300 tonnes de CO2, soit une économie de 500 millions de kWh. Pour cela, le Comité populaire municipal a demandé aux entreprises d’améliorer leurs technologies et d’accroître l’efficience énergétique.

Concrètement, depuis 2002,  la ville a secondé près de 600 entreprises dans l’application de mesures d’économie d’énergie, installé  des néons de haute efficience dans 90% des éclairages privés comme publics, transformé 350 véhicules de transport public consommant de l’essence en véhicules utilisant du gaz de pétrole liquéfié (GPL) et également étudié la faisabilité d’un projet de véhicules électriques.

Selon Nguyên Phuong Dông, directeur adjoint du Service municipal de l’Industrie et du Commerce, ce programme contribue à protéger l’environnement tout en assurant la sécurité énergétique nationale.

En dehors des solutions de réduction des pertes énergétiques et d’amélioration de l’efficience énergétique, l’exploitation de nouvelles sources énergétiques est considérée comme une solution majeure. Selon les prévisions de la ville, d’ici 2020, la part des énergies vertes dans la consommation finale devrait atteindre 2 à 3%. Ce qui permettra à la ville de réduire d’au moins 500.000 tonnes ses émissions annuelles de CO2. -CVN/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres