Hanoi (VNA) - Le manuscrit Duong Kach Mênh (La voie révolutionnaire) de Nguyên Ai Quôc (Président Hô Chi Minh) est paru en 1927. Il porte sur la moralité d’un communiste, le point de vue politique et la voie révolutionnaire qu’a choisie de suivre son auteur.

Le livre +Duong Kach Mênh+ du Président Hô Chi Minh est un trésor national précieux. Photo : TL/CVN

 

La voie révolutionnaire est actuellement conservée au Musée national de l’histoire du Vietnam. Dans le cadre de la 4e Journée du livre du Vietnam, la Maison d’édition nationale de la politique et de la vérité a organisé à Hanoï une cérémonie pour présenter le célèbre ouvrage du Président Hô Chi Minh, à l’occasion du 90e anniversaire de sa publication.

Le livre est une compilation des conférences de Nguyên Ai Quôc données dans le cadre des cours de formation du personnel de l’Association de la jeunesse révolutionnaire du Vietnam, organisés à Guangzhou (Chine) de 1925 à 1927.

Les écrits très originaux que le futur Oncle Hô a produits pour ces cours ont été publiés en 1927 par le Service de propagande d’une des principales organisations révolutionnaires qui travailleront ensuite vers les objectifs de la révolution et de la libération, l’Union des nations opprimées orientales.

Une grande valeur théorique et pratique

Duong Kach Mênh a ensuite été distribué clandestinement au Vietnam. Cette édition originale unique du livre comporte 101 pages et est imprimée à l’encre noire sur des pochoirs.

Il est une introduction concrète et magistrale au travail des partis communistes à travers le monde et un énoncé fondamental de l’essentiel de la théorie et des méthodes révolutionnaires, en mettant l’accent sur l’organisation et le renforcement institutionnel révolutionnaire.

Il souligne également clairement les points de vue fondamentaux sur les méthodes révolutionnaires vietnamiennes, basés sur l’application créative du marxisme-léninisme et la synthèse des expériences révolutionnaires des pays, qui sont un matériau de référence particulièrement important pour le Parti communiste du Vietnam (PCV) pour élaborer des méthodes révolutionnaires adaptées à la situation dans le pays.

La Voie révolutionnaire a une grande valeur théorique et pratique. Il a joué un rôle important dans la popularisation du marxisme-léninisme au Vietnam, combinant le mouvement patriotique avec le marxisme et créant l’idéologie originelle à la naissance du Parti communiste du Vietnam.

Un ouvrage salutaire pour la Patrie

Selon le Pr.-Dr. Hoàng Chi Bao, qui a plus de 40 ans de recherche sur la vie, la pensée et la carrière du Président Hô Chi Minh : «Duong Kach Mênh a été classé officiellement trésor national par le Parti et l’État. Il est considéré comme le premier document politique marxiste au Vietnam en affirmant la voie révolutionnaire du pays».

«Le Président Hô Chi Minh a trouvé une voie judicieuse pour la révolution vietnamienne : celle de la révolution nationale et de la démocratie populaire dirigée par le PCV, afin de renverser les impérialistes, le régime féodal et leurs valets pour conquérir l’indépendance nationale, puis de poursuivre la révolution socialiste et de réaliser le socialisme et le communisme au Vietnam», a rappelé l’ancien secrétaire général du PCV, Nông Duc Manh, lors de la célébration du 120e anniversaire de naissance de l’Oncle Hô (en 2010).

Il a aussi affirmé que la pensée de Hô Chi Minh était «un trésor inestimable du Parti et du peuple vietnamien». La noble valeur de sa pensée est qu’elle est étroitement liée à la vie. Imprégné de la pensée de Hô Chi Minh, le PCV est déterminé à réaliser avec succès et matérialiser ses recommandations.

«Je suis fière du chemin révolutionnaire tracé par le Parti et le Président Hô Chi Minh. Je m’efforcerai de continuer à étudier et à me cultiver suivant son exemple, ce afin de contribuer davantage au Renouveau du pays», a confié Lê Thi Phuong, étudiante en 3e année de l’Université des sciences sociales et humaines de Hanoï.

Parcours révolutionnaire de Nguyên Ai Quôc

Le Président Hô Chi Minh, qui a consacré toute sa vie à la carrière révolutionnaire et à la libération du peuple vietnamien, est un symbole de la lutte pour la paix, l’indépendance, la démocratie et le progrès social dans le monde.

En 1911, Nguyên Ai Quôc (son ancien nom) part en Europe après avoir travaillé pour payer son voyage et y poursuivre ses études. Selon ses propres mots, son objectif était d’«aller étudier à l’étranger et revenir aider le pays».

Fin 1924, Nguyên Ai Quôc arrivait à Guangzhou, en Chine, où il fonda en 1925 l’Association de la jeunesse révolutionnaire du Vietnam qui créa en juin 1925 l’hebdomadaire Thanh Niên (Jeunesse). Il créa ensuite l’École d’entraînement politique qui format, de 1925 à 1927, les patriotes vietnamiens. Ses cours furent publiés au début de l’année 1927 dans ce fameux livre abordé dans l’article. -CVN/VNA