La chancelière allemande Angela Merkel (au milieu) et les dirigeants de l’Union européenne lors de la conférence préparatoire pour le sommet G20, à Berlin, le 29 juin. Photo : EPA/VNA

Berlin (VNA) – La communauté des Vietnamiens en Europe a signé une pétition adressée à la Chancelière allemande Angela Merkel ​afin de lui demander d’introduire la question de la mer Orientale dans l’agenda du Sommet du Groupe des économies développées et émergentes de premier rang mondial (G20), prévu les 7 et 8 juillet à Hambourg, en Allemagne.

Cette pétition sera remise le 30 juin à Mme Angela Merkel.

Ont participé à la cérémonie de signature des représentants des associations, entreprises… des Vietnamiens en Allemagne, en Autriche, en Pologne et en République tchèque, ainsi que des mass media de la communauté des Vietnamiens en Allemagne.

Devant la situation complexe en mer Orientale, notamment les évolutions sur le terrain et les actes de militarisation, plusieurs pays ont élevé la voix pour exprimer leur inquiétude devant les risques d’instabilité et de menace de la sécurité de la navigation dans cette zone maritime.

Reconnaissant que la question de la mer Orientale suscite une attention particulière des dirigeants des pays d​e la région comme ​du monde, la communauté des Vietnamiens en Europe a estimé que demander au Chancelier allemand ​de faire figurer cette question ​sur l’agenda et dans la déclaration commune du G20 avait une signification très importante pour la sécurité et la sûreté de la navigation dans cette zone maritime.

Lors de la cérémonie, les représentants de la communauté des Vietnamiens des pays européens ont exprimé leur honneur et leur fierté ​de conjuguer leurs efforts à ceux du peuple vietnamien dans ​la lutte pour défendre la souveraineté nationale, la souveraineté insulaire et maritime du pays, ​ainsi que pour condamner les actes de militarisation et les violations du droit international.

Le G20 discutera de plusieurs questions mondiales importantes dont le libre-échange, les changements climatiques, les technologies numériques, la crise de l’immigration, le conflit en Syrie, les tensions dans la péninsule coréenne. -VNA