Une vue de la baie de Ha Long, province de Quang Ninh (Nord). Photo : VNA

Quang Ninh (VNA) - Le comité d'administration de la baie de Ha Long, province de Quang Ninh (Nord) est en train d’établir des recherches afin de déterminer la capacité d’accueil des touristes sur ce site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Ces recherches comprennent des séries d’études concernant divers paramètres du site notamment sa position géographique, sa topographie, sa superficie, sa flore et ses infrastructures.

«Les études et recherches scientifiques poussées sont d’une grande importance afin de réguler l’affluence des visiteurs à l’avenir. Elles favorisent également la conservation de la baie et contribuent au développement durable de ses paysages, de son environnement et protègent son authenticité», a déclaré Pham Thuy Duong, chef du comité d’administration de la baie de Ha Long.

Pham Thuy Duong a également ajouté que, pour l’heure, le prix des tickets de visite de la baie ne verrait aucun de changement dans la mesure où ces études ont montré que l’exploitation des sites était inférieure à 50% de leur capacité d’accueil potentielle.

Étant un des sites les plus attractifs du Vietnam, la baie de Ha Long accueille plus de 3 millions de touristes chaque année. Toutefois pendant la haute saison, il arrive que la baie doive accueillir plus de 20.000 touristes par jour. Malgré l’inachèvement des mesures de régulation de l’affluence touristique, le comité d’administration de la baie ainsi que les entreprises locales, ont d'ores et déjà adopté un certain nombre de dispositifs temporaires tel que le changement d’itinéraire par exemple. À cela s’ajoute, les dirigeants de la province de Quang Ninh ont également mis en oeuvre une inspection approfondie de plus de 530 bateaux et navires touristiques actuellement en activité dans la baie.

En effet, ces dernières années, les représentants de l’UNESCO ont également fait la demande au Vietnam de mettre en œuvre un plan concret pour réguler le nombre de touristes sur les sites du patrimoine mondial. Car, au Vietnam, la gestion de ces patrimoines se réduit au seul recensement annuel des visiteurs tandis que les mesures adoptées pour déterminer la capacité d’accueil maximale de ces sites sont inexistantes. -CVN/VNA