lundi 21 août 2017 - 23:05:15

Des investisseurs intéressés par le marché pharmaceutique

Imprimer

Le marché pharmaceutique vietnamien, qui représente 3,5 milliards de dollars, est très attrayant pour des investisseurs étrangers. Photo : CVN
 

Hanoi (VNA) - Grâce aux politiques préférentielles prises par le gouvernement dans le secteur pharmaceutique, le Vietnam devrait bénéficier d’un flux d’investissement étranger dans un futur proche.

IMS Health, un consultant dans le secteur pharmaceutique, considère le Vietnam comme l'un des 17 pays possédant une industrie pharmaceutique développée, selon l’agence britannique Business Monitor International Ltd.

Expliquant les raisons qui font de ce pays une destination attractive pour les investisseurs étrangers dans ce secteur, Andrew Powrie-Smith, directeur chargé des médias de la Fédération européenne des associations et des industries pharmaceutiques (EFPIA), a remarqué : «Avec une structure démographique jeune, l’émergence d'une classe moyenne et une population de plus de 90 millions de personnes, le Vietnam est considéré comme un débouché prometteur. Sa croissance économique impressionnante de ces dernières années est aussi un élément important». Cependant, selon lui, pour élever la qualité des médicaments fabriqués au Vietnam, il conviendrait de posséder davantage d’entreprises innovantes, que ce soit pour la création de nouvelles molécules ou la production de génériques en vue, non seulement de diversifier les catégories de médicaments, mais aussi de mieux répondre aux besoins des médecins comme des malades. De plus, l’établissement d’une coopération et de relations étroites entre les entreprises pharmaceutiques est nécessaire afin d’assurer une offre stable sur le marché domestique.

En effet, l’industrie pharmaceutique du Vietnam est toute jeune puisque son essor remonte à 1.990 seulement. Le pays compte 178 entreprises relevant de l’industrie pharmaceutique, dont 98 spécialisées dans la fabrication de médicaments, 80 dans la pharmacie orientale et 30 dans la médecine vietnamienne. Selon le ministère de la Santé, l’industrie pharmaceutique vietnamienne pourvoit à 50% de la consommation nationale. Toutefois, le pays manque toujours d’une industrie de matières premières, les entreprises devant importer 90% de leurs matières premières, d’où un grand gaspillage des devises.

Opportunités de coopération avec l’Inde

La croissance annuelle de l'industrie pharmaceutique vietnamienne dans la période 2015-2020 devrait atteindre près de 16%.

«Le marché pharmaceutique vietnamien pèse 3,5 milliards de dollars, il est donc très attrayant pour des entreprises indiennes», a souligné Ravi Uduy Bhaskar, Pdg du Conseil indien pour la promotion de l'export de produits pharmaceutiques (Pharmexcil). D’après lui, les importants changements en matière de politiques comme de législation au Vietnam dans ce secteur pharmaceutique font que, désormais, les entreprises indiennes se montrent particulièrement intéressées pour s’implanter dans ce pays.

«Nous croyons que l'industrie pharmaceutique vietnamienne va croître à un rythme significatif et que, dès aujourd'hui, de nombreuses possibilités de coopération et d'investissement s’ouvrent aux entreprises indiennes», a affirmé le consul général d'Inde.

Selon les entreprises indiennes, le Vietnam pourrait devenir un important fournisseur de base de principes actifs (API) pour l'industrie pharmaceutique indienne. Par conséquent, les deux parties doivent travailler plus étroitement afin de progresser sur le marché mondial. Par ailleurs, la médecine traditionnelle est également un secteur très prometteur pour la coopération entre les deux pays. L’Inde a commencé à commercialiser ses produits pharmaceutiques au Vietnam au début des années 1990 avec, notamment, des vitamines, des analgésiques, des antibiotiques, des solutions injectables, des médicaments antihypertenseurs, des antidiabétiques, des anticancéreux, des antipsychotiques et des vaccins.

L’Inde est le premier exportateur de produits pharmaceutiques au Vietnam. C’est aussi le plus grand fournisseur de matières premières, de technologies et de machines pour les entreprises vietnamiennes. Actuellement, l'Inde est le pays ayant implanté le plus grand nombre d’entreprises pharmaceutiques au Vietnam.

Selon le Département de l’administration des médicaments, le Vietnam recense à ce jour 7.630 autorisations de mise sur le marché de médicaments étrangers, dont 2.814 d’entreprises indiennes. Parmi les 718 sociétés étrangères autorisées dans ce secteur, près de 30% sont indiennes. Elles approvisionnent le marché domestique non seulement en médicaments génériques conventionnels, mais également en toutes sortes de médicaments spécifiques que le Vietnam ne peut produire.

Enjeux de l’intégration

Huynh Tân Nam, directeur général de la société Pymepharco, estime que l’Accord de partenariat transpacifique (TPP) conduira le secteur pharmaceutique national à se renouveler profondément. Cela passera par l’investissement dans les technologies, le développement de ressources humaines hautement qualifiées et un aménagement global de zones de culture de plantes médicinales.

«Outre les unités de production de médicaments et de dispositifs pharmaceutiques répondant déjà aux normes GMP-WHO, il nous faudra en développer d'autres satisfaisant aux normes GMP-FDA, GMP-EU et PIC/S-GMP», a-t-il suggéré. Toujours selon lui, un grand nombre d'entreprises domestiques de ce secteur dépendent beaucoup de leurs importations, alors même que chaque année, environ 50% des médicaments et produits pharmaceutiques consommés dans le pays proviennent de l'étranger.

Certains spécialistes ont même estimé qu'avec le TPP, les adjudications de conception et de production de médicaments seront ouvertes. En d'autres termes, les fabricants étrangers pourraient participer au marché plus facilement et activement sans devoir supporter la pression des politiques protectionnistes de l’État. Pour les entreprises vietnamiennes, la concurrence s’annonce rude. -CVN/VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres