Hô Chi Minh-Ville (VNA) - Pour l’année scolaire 2016-2017, de nombreuses écoles maternelles vont ouvrir leurs portes dans les zones industrielles de Hô Chi Minh-Ville. Mais, faute de moyens financiers, le personnel n’a pas encore été recruté.


Une école maternelle en construction dans la zone franche de Tân Thuân, à Hô Chi Minh-Ville. Photo : CTV/CVN

Selon Trân Công Khanh, président de Bureau du Comité de gestion des zones franches (ZF) et zones industrielles (ZI) de Hô Chi Minh-Ville, la mégapole du Sud prévoit l’ouverture de 23 écoles maternelles et crèches,  permettant la scolarisation de 6.650 enfants au sein des 15 ZF et ZI. Parmi ces projets, neuf crèches ont déjà été mises en service, accueillant 2.840 enfants. Les autres seront achevées dans les meilleurs délais pour répondre aux besoins des ouvriers résidents dans ces quartiers.

De nouveaux locaux construits

Dans le 7e arrondissement, on recense près de 1.200 enfants en maternelle et 300 autres dans les écoles privées, issus des familles ouvrières de la ZI de Tân Thuân.

Trân Thi Bich Ngoc, chef adjointe du Bureau de l’éducation et de la formation du 7e arrondissement, a souligné la petite taille des établissements implantés dans le secteur. Dans quelques écoles, l’effectif atteint 50 enfants. La construction de nouveaux établissements dans cette zone franche va permettre de désengorger les classes.

Les travaux de construction de l’école maternelle de la ZF de Tân Thuân ont débuté le 16 mars 2015. L’école disposera de 17 salles de classes permettant d’accueillir  510 enfants.  Le Comité de gestion sur l’investissement et la construction des ouvrages de l’arrondissement de Thu Duc, est le maître d’ouvrage de deux écoles maternelles dans deux ZF.

La première école maternelle de la ZF de Linh  Trung 1 est en chantier depuis mai 2015 dans le quartier de Linh Xuân, pour un budget avoisinant les 40,6 milliards de dôngs. Comprenant 14 salles de classes, elle sera opérationnelle pour l’année scolaire 2016-2017.

Mise en route depuis août 2015, la seconde école maternelle de la ZF de Linh Trung 2, comportant 20 classes, sera achevée en août prochain pour un investissement de 60,3 milliards de dôngs.

Dans l’arrondissement de Tân Binh, l’école maternelle Dô Quyên, située dans le quartier de Binh Hung Hoà, accueillera 653 enfants dès la prochaine rentrée. Si les bâtiments sont quasiment prêts, le personnel enseignant, lui fait défaut. Ngô Van Tuyên, chef du bureau de l’éducation et de la formation de l’arrondissement de Tân Binh, a expliqué que 694 instituteurs devront être recrutés pour prendre en charge ces 250 nouvelles classes, totalisant 10.349 élèves. À elle seule, l’école maternelle de la ZF de Tân Thuân, nécessite l’embauche de 55 enseignants et employés.

Lors d’une réunion avec les autorités du 7e arrondissement, Thi Thi Tuyêt Nhung, chef du Comité de la culture et de la société du Conseil populaire de Hô Chi Minh-Ville, a souligné les difficultés de recrutement, ajoutant qu’«il faudra peut-être muter certains enseignants».

D’après un représentant du Bureau de l’éducation et de la formation du 7e arrondissement, l’arrondissement envisage de changer de secteur certains enseignants pour intégrer ces nouveaux établissements. Les deux nouvelles écoles maternelles des zones franches Linh Trung 1 et 2 ont besoin de 169 instituteurs. Alors que parallèlement, pour l’année scolaire 2016-2017, l’effectif dans  e l’arrondissement de Thu Duc doit diminuer de 160 personnes par rapport à l’année 2015.

De nombreuses contraintes budgétaire


Dans une classe de l’école maternelle Tuôi Tho 7, 3e arrondissement de Hô Chi Minh-Ville. Photo : Phuong Vy/VNA/CVN
Lors d’un récent bilan sur le développement de l’éducation, Nguyên Ba Minh, chef du Service de l’enseignement maternel, a constaté la forte croissance du réseau d’écoles maternelles en dix ans. Le taux d’enfants scolarisés a atteint les objectifs fixés. Et si le contingent d’enseignants augmente rapidement, certains centres urbains ou zones industrielles restent en marge de ce développement. Cette situation contraint les ouvriers à envoyer leurs enfants dans des écoles privées ne répondant pas aux normes. Le taux des salles de classes maternelles en dur atteint 64,8%. «Les investissements dans l’enseignement maternel ne répondent pas aux besoins exigés par son développement», souligne M. Minh. Selon lui, les aides publiques allouées sont insuffisantes, notamment celles destinées à la formation des enseignants.

Les représentants des services de l’éducation et de la formation jugent le nombre et la qualité des effectifs dans les écoles maternelles privées trop aléatoires, concernant autant les enseignants que le personnel administratif et les employés. De plus, le régime salarial et les systèmes de gratification posent problème. «Le revenu de l’enseignant reste peu élevé variant entre 2,5 et 3 millions de dôngs, ce qui influe bien sûr sur leur qualité de vie et la qualité de l’éducation», a ajouté un représentant du Service de l’éducation et de la formation de Dà Nang.

Dans ce contexte, le ministère de l’Éducation et de la Formation secteur a demandé au gouvernement d’approuver le projet de développement de l’enseignement maternel pour la période 2016-2025, suggérant de nouvelles ressources financières pour la formation des enseignants de maternelle et la consolidation des écoles et salles de classes.   -CVN/VNA