Hau Giang (VNA) - Destination Phuong Phu, une commune de la province méridionale de Hâu Giang, rattachée au district de Phung Hiêp, où les oranges - les oranges «xoàn», pour être plus précis - font figure de fruits de la croissance.

Photos: baohaugiang.com.vn - VOV.

Sur le marché, pour ce qui est de ces fameuses oranges «xoàn», l'offre ne répond pas encore à la demande. «Pas encore» car il n'aura échappé à personne, et surtout pas aux agrumiculteurs de Phung Hiêp, que ces oranges douces et juteuses peuvent rapporter gros. C'est bien simple: un kilo d'oranges «xoàn» vaut 5 fois plus qu'un kilo de riz... Mieux encore: une tonne d'oranges égale 30 millions de dongs de bénéfices annuels. À ce prix, évidemment...

Trân Van Toi, agrumiculteur à Phung Hiêp: «Les oranges 'xoàn' sont beaucoup plus rentables que le riz ou la canne à sucre, d'autant plus qu'on peut commencer à récolter les fruits au bout de deux années, seulement. Alors quand on sait que sur un hectare, on peut récolter 50 tonnes d'oranges et qu'un kilo vaut déjà 45 mille dôngs, on comprend pourquoi il y a de plus en plus de personnes qui veulent se lancer dans la culture des orangers.»

Effectivement, les agriculteurs du district de Phung Hiêp sont de plus en plus nombreux à vouloir se reconvertir dans l'agrumiculture, considérant les oranges «xoàn» comme une arme imparable dans la lutte qu'ils mènent contre la pauvreté. Depuis maintenant 3 ans, ils savent pouvoir compter sur l'appui de la coopérative de Phuong Phu, laquelle s'est vue décerner le label des «oranges 'xoàn' de Phung Hiêp» par le département de la propriété intellectuelle. L’an dernier, la coopérative a vendu plus de 400 tonnes d’oranges pour 12 milliards de dongs.

Vo Van Dê, son directeur: «Le label des oranges 'xoàn' nous a été décerné en juin 2016, date à laquelle nos membres se sont mis aux normes VietGAP. Maintenant, les commerçants viennent directement dans nos orangeraies pour s'approvisionner.

Des coopératives du type de celles de Phuong Phu, le district de Phung Hiêp compte en mettre quelques-unes en place, histoire d'élargir les débouchés et de consolider la place des oranges «xoàn» sur le marché.

Châu Van Mia, secrétaire du comité du Parti communiste vietnamien pour la commune de Phuong Phu: «Dans la commune, 165 hectares, précédemment utilisés pour y cultiver des cannes à sucre, vont être reconvertis en orangeraies. A quoi vont s'ajouter 100 autres hectares pris de ça de là... Je dois dire qu'avec ces oranges 'xoàn', les conditions de vie s'améliorent de jour en jour, à Phuong Phu.»

Des oranges 'xoàn'. Photo: Internet

Au niveau du district, il est prévu de créer une zone de plantation exclusive, fonctionnant aux normes VietGAP, le service de l'agriculture étant naturellement chargé du suivi technique et de la gestion globale de l'opération. L'idée, c'est de faire en sorte que les oranges xoàn puissent rivaliser avec les consœurs «sành» de Nga Bay, ou encore avec les pamplemousses de Nam Roi.

«Pense à celui qui a planté l'arbre dont tu manges les fruits», nous dit le proverbe. Eh bien gageons qu'à Hâu Giang, les générations futures pourront le reprendre à leur profit, ce proverbe, car ceux qui y plantent des orangers aujourd'hui sèment les graines d'un avenir radieux. -VOV/VNA