Yoo Tae-hyun (gauche) s’est vu attribuer le titre de Professeur honoris causa pour ses contributions au développement de l’Université de Dà Lat.
Lam Dong (VNA) - Yoo Tea-hyun était l’ambassadeur de République de Corée au Vietnam de 2003 à 2005. Depuis huit ans, il enseigne le coréen à des centaines d’étudiants à Dà Lat, sa ville d’adoption. Un moyen de concilier sa passion et la transmission de valeurs aux jeunes Vietnamiens.

Yoo Tea-hyun, 73 ans, est devenu une figure familière pour les étudiants de l’Université de Dà Lat, province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre). Depuis 2009, il arpente le campus de cet établissement comme un véritable Vietnamien. Dà Lat est sa ville d’adoption, et des étudiants ont besoin de son soutien. L’ancien diplomate sud-coréen a décidé de rester au Vietnam pour y vivre de la plus simple des manières. Un choix assumé.

«Pendant mon mandat à Hanoï, j’ai pris régulièrement contact avec des Vietnamiens. Je trouve que la République de Corée et le Vietnam ont beaucoup de similitudes, surtout culturelles. Je suis ainsi tombé amoureux de votre pays tout à fait naturellement», explique-t-il, tout sourire.

C’est l’histoire d’un coup de foudre

Sa sympathie pour le Vietnam et ceux qui le peuplent a pris forme dès sa première visite de travail à Dà Lat en 2003, juste après sa prise de fonctions dans le pays. Cette station climatique a pour lui été une révélation, un coup de foudre : ses paysages magnifiques, son climat tempéré, ses habitants chaleureux...

La ville de Dà Lat a été pour Yoo Tae-hyun une véritable révélation. Photo: VNA

«Quand je suis arrivé ici pour la première fois, j’ai tout de suite senti que Dà Lat demeurait l’une des villes importantes du Vietnam, mais aussi un pôle culturel et éducatif, se souvient Yoo Tea-hyun. C’est moi qui ai proposé aux responsables de l’Université de Dà Lat d’ouvrir la section sud-coréenne. Et seulement un an plus tard, en qualité d’ambassadeur de République de Corée au Vietnam, j’ai participé à la cérémonie d’ouverture de cette section». À cette époque-là, très peu d’universités vietnamiennes en possédaient une. Parce que les relations Vietnam - République de Corée n’étaient pas encore développées comme elles le sont aujourd’hui. Et Dà Lat ne comptait presque aucune entreprise sud-coréenne implantée sur son sol.

Grâce aux contributions de Yoo Tea-hyun, les relations de coopération entre les deux pays n’ont cessé de se développer avec de nombreux projets mis en œuvre dans divers secteurs, notamment dans l’économie, l’éducation, et les échanges culturels. Le diplomate estime que le fait d’enseigner le coréen à des Vietnamiens permettra de promouvoir les liens bilatéraux. Raison pour laquelle il a proposé aux deux pays de prendre de nouvelles mesures pour exploiter au mieux les opportunités et potentiels de coopération dans le secteur de l’éducation.

Au terme de son mandat au Vietnam en 2005, Yoo Tea-hyun rentre dans son pays, où il enseigne les relations internationales et la politologie dans quelques universités sud-coréennes. Mais l’image de Dà Lat reste solidement ancrée dans son esprit. Un sentiment très fort l’incite à y revenir, non plus en ancien diplomate, mais dans la peau d’un enseignant, à l’Université de Dà Lat.

«Bien que d’envergure modeste, la ville possède de grands potentiels. J’adore être ici. Je n’aspire qu’à une chose : apporter ma pierre à l’édifice de son développement», confie-t-il. C’est ce qui l’incite à y poser ses valises, pour une durée indéterminée.

Premier Professeur honoris causa

Diplôme de pédagogie réservé aux Sud-Coréens enseignant à l’étranger en poche, Yoo Tea-hyun commence à travailler officiellement à l’Université de Dà Lat en 2009.

«Lorsque je suis retourné à Dà Lat, c’est comme si je retrouvais mon pays natal. J’ai savouré ce sentiment d’appartenir à deux Patries», explique-t-il.

Outre les cours, il consacre beaucoup de temps à étudier la culture vietnamienne et sa population, notamment le Président Hô Chi Minh. Il rédige aussi des manuels sud-coréens et écrit des livres sur le Vietnam publiés en République de Corée. Il continue de faire valoir son passé de diplomate pour promouvoir les relations de coopération entre l’Université de Dà Lat et les partenaires sud-coréens.

«Le Professeur Yoo Tea-huyn est un acteur majeur du succès de notre école. Il a contribué à véhiculer une belle image de l’Université de Dà Lat aux amis internationaux», souligne son directeur Nguyên Duc Hoà. Avec des amis, Yoo Tea-huyn a en effet organisé des rencontres et échanges avec des partenaires sud-coréens pour renouveler quelques programmes de formation et d’enseignement.

En 2015, le directeur de l’Université de Dà Lat, le Professeur associé et Docteur Nguyên Duc Hoà, lui a remis le titre de Professeur honoris causa de son établissement. Une première depuis sa création voici une soixantaine d’années. Ce titre honorifique est un hommage aux contributions de l’ancien diplomate sud-coréen au développement de l’Université de Dà Lat, dont son assistance à la création de la section sud-coréenne en août 2004. -CVN/VNA