Reboisement dans la réserve mondiale de biosphère de Cân Gio, Ho Chi Minh-Ville. Photo : VNA
Le Bureau du REDD+ du Vietnam a organisé le 7 octobre à Hanoi un séminaire ​de consultation ​sur les capacités de mise en œuvre au Vietnam du REDD+, le Programme de l'ONU pour la réduction des émissions résultant du déboisement et de la dégradation des forêts.

Etaient présents à cet évènement, entre autres, les membres du réseau REDD+ national, des groupes de travail, du Bureau du REDD+ au Vietnam, outre des représentants de trois institutions onusiennes et de l’ambassade de Norvège.

Le projet « Soutien ​des préparatifs ​de disponibilité ​à la mise en œuvre du REDD+ au Vietnam » ​est réalisé pendant trois ans, de 2013 à 2015, ​grâce à une aide non remboursable de 3,8 millions de dollars du Fonds de partenariat pour le carbone forestier (FCPF) de la Banque mondiale. 

Il s’agit de la première phase, ​dite de disponibilité, lors de laquelle les pays ​concernés doivent préparer une stratégie REDD+ à un niveau national et proposer des processus garantissant une ​rationn​alité en matière ​environnementale et sociale.

Pour participer au FCPF, les pays doivent présenter un rapport d’évaluation ​des capacités de mise en œuvre du REDD+ (R-package) à ​l'issue de cette phase, un document important car il marque la fin de cette ​dernière pour s'engager dans celle de réalisation.

Au Vietnam, ​le R-package est une ​tâche importante ​à mener à bien. ​Aussi ce séminaire avait pour ​objet d'organiser des consultations ​sur la préparation de ce projet ​afin de le parachever en vue de sa soumission au FCPF fin janvier 2016, conformément aux délais fixés.

L​es ​participants ont estimé ​qu'avec la création du Comité de pilotage national du REDD+ et l’organisation mise en place pour ​une réalisation effective de ce projet, le Vietnam a ​satisfait les normes ​de ce projet au niveau vert, c'est-à-dire ​le plus élevé, même s'il demeure à ce jour des faiblesses à remédier. -VNA