jeudi 17 août 2017 - 10:54:11

Conférence ministérielle Asie-Afrique à Jakarta

Imprimer

Des ministres et hauts officiels de 77 pays d'Asie et d'Afrique, ainsi que des représentants de plusieurs organisations régionales et internationales, ont participé le 20 avril à l'ouverture de la conférence ministérielle Asie-Afrique à Jakarta, en Indonésie.

Cet événement est consacré aux préparatifs du Sommet Asie-Afrique qui aura lieu les 22 et 23 avril, et de la cérémonie marquant le 60e anniversaire de la Conférence de Bandung. Il a également pour objectif de promouvoir la coopération Sud-Sud, la coopération triangulaire et le dialogue interrégional Asie-Afrique, de renforcer d'autres coopérations afin de développer les relations afro-asiatiques pour la prospérité des deux continents.

Lors de la cérémonie d'ouverture, la ministre indonésienne des Affaires étrangères Retno Marsudi a rappelé les significations historiques de la Conférence de Bandung d'avril 1955. Selon elle, il est nécessaire d'ouvrir une nouvelle période de développement de la coopération Asie-Afrique en vue d'une meilleure efficacité. La ministre indonésienne a souligné l'importance de la démocratie, de l'égalité et des droits de l'Homme en Asie, en Afrique et dans le monde. Elle a appelé les pays des deux continents à intensifier la coopération Sud-Sud et triangulaire, à collaborer pour affronter ensemble les défis, réduire les écarts de développement, ainsi qu'à multiplier les échanges culturels...

Le ministère indonésien des Affaires étrangères a annoncé que 33 chefs d'Etat et représentants de 77 pays avaient confirmé leur participation au Sommet Asie-Afrique et à la cérémonie commémorative du 60e anniversaire de la Conférence de Bandung.

L'événement historique a eu lieu du 18 au 24 avril 1955 à Bangdung en Indonésie, avec la participation de 29 pays asiatiques et africains. Convoquée par les gouvernements de Birmanie (Myanmar), de Ceylan (aujourd'hui Sri Lanka), de l'Indonésie et du Pakistan, la Conférence de Bandung était placée sous le signe de l'unité. Elle reste le symbole d'une prise de conscience de la part des peuples asiatiques et africains qui ont affirmé leur volonté commune d'indépendance et de lutte contre le colonialisme ou le néo-colonialisme. Elle marquait l'entrée en scène du tiers-monde et préludait à la formation du Mouvement des non-alignés. -VNA

Vos commentaires sur cet article ...
Autres