Le Patuxay, l'un des sites les plus visités de Vientiane. Photo: VNA
Vientiane (VNA) - La création de la Communauté économique de l'ASEAN (AEC) ​le 31 décembre prochain ​apportera nombre d'opportunités, mais aussi pas moins de défis, ​aux économies régionales, dont le Laos, pays qui assume la présidence tournante de l'ASEAN en 2016.

Malgré sa petite économie, le Laos est l'un des premiers pays de la région en termes de croissance ​lors de ces dernières années avec 8 % en moyenne.

Selon le Premier ministre lao Thongsing Thammavong, l'AEC ​présente ​de très grands avantag​es pour ce pays du fait que les marchés seront de plus en plus ouverts et attrayants. La suppression des tarifs douaniers par les pays membres de l'ASEAN dopera les exportations laotiennes et, inversement, dimunera le coût de ses importations ​issues de l'ASEAN.

De l'avis des ​spécialistes, le Laos pourra développer ses connaissances de gestion et ses expériences, notamment celles dans la formation de ressources humaines. Ces expériences seront utiles pour le développement national et la lutte contre la pauvreté afin de rattraper ​le niveau de développement des autres membres de l'ASEAN.

En outre, des ressources naturelles abondantes ​seront un avantage pour le Laos qui pourra augmenter ses exportations d'électricité. Ce pays pourra également attirer davantage l'investissement étranger grâce à de vastes zones vacantes de son territoire. Par ailleurs, avec ses potentiels touristiques, il attirera davantage de visiteurs étrangers.

Cependant, le Laos devra aussi faire face à des difficultés et à des défis. Son économie n'est pas encore suffisamment armée pour rivaliser avec les autres membres de l'ASEAN et risque d'être ​dépassée par les importations de l'ASEAN. Les entreprises locales devront faire face à une concurrence croissante, alors que les exportations de ce pays connaîtront des défis similaires. Par ailleurs, le manque d'infrastructures et de services, ainsi que les défaillances du réseau bancaire, constitueront d'autres désavantages à l'heure de son intégration à la région.

Pour remédier à ces inconvénients et s'intégrer pleinement à l'AEC, le Laos a effectué d'énormes efforts sur tous les plans. Ses préparatifs sont axés sur quatre ​plans : sensibiliser aux alliances régionales comme internationales, intensifier le partenariat public-privé, assister les petites et moyennes entreprises, et réviser sa réglementation des activités commerciales...

Pour éliminer progressivement les obstacles au commerce, le gouvernement lao abolira le premier janvier prochain les ​taxes d'importation sur les voitures. En outre, il réalise de grands projets et lance des portails d'information afin d'accroître la transparence sur les dispositions légales en matière de  commerce.

Récemment, le gouvernement lao a décidé de mettre en oeuvre un projet de modernisation et d'agrandissement de l'aéroport international de Wattay à Vientiane à partir de début 2016 afin de porter sa capacité d'accueil à d'entre 2 et 3 millions de passagers par an. Il planifie en outre la construction d'un nouvel aéroport international à 35 km au Sud de Vientiane.

Selon les ​spécialistes, en dehors de la sensibilisation de sa population ​à l'AEC, en particulier ​de ses entreprises, le Laos devrait améliorer la qualité de la formation de ses ressources humaines afin d'élever le degré de qualification de ses travailleurs comme la qualité de ses produits et services afin d'être en mesure de concurrencer les produits importés de l'ASEAN. -VNA