Le 15e Dialogue de Shangri-La. Photo: VNA

Singapour (VNA) - Le 15e Dialogue de Shangri-La s’est clôturé dimanche 5 juillet à Singapour avec plusieurs déclarations faites par des pays participants concernant la sécurité de la région.

S’adressant lors de la 4e session plénière, le général de corps d’armée Nguyen Chi Vinh, ministre vietnamien de la Défense, a souligné que la sécurité régionale était menacée par le terrorisme, la prolifération nucléaire, les différends territoriaux et frontaliers, la sécurité maritime, et d'autres problèmes de sécurité non traditionnels.

Dans ce contexte, il est nécessaire de renforcer la coopération et la confiance mutuelle, respecter les intérêts légitimes pour régler les différends et éviter les conflits, a-t-il affirmé.

Selon lui, coopérer ou combattre, les parties concernées doivent respecter le principe de l'égalité et ​le droit international, les considérant comme les normes pour résoudre les conflits et réduire les risques de​ conflit, sans recours à la violence ni menace d'y recourir.

Le Shangri-La Dialogue comme d'autres forums de sécurité importants est une bonne occasion permettant aux pays de rechercher des mesures pour régler les différends dans le but de garantir la paix, la stabilité dans la région et dans le monde, a-t-il dit, en soulignant le rôle central de l'ASEAN en la matière.

S’agissant des tensions en Mer Orientale, il a affirmé que le Vietnam était déterminé à défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale, à œuvrer pour maintenir la sécurité et la libre navigation maritime et aérienne en Mer Orientale par voie pacifique et dans le respect du droit international.

Il a souligné la nécessité d'un prompt règlement des différends en Mer Orientale pour éviter la course aux armements et la confrontation stratégique avec de graves conséquences.

Le Vietnam préconise d’intensifier la coopération avec la Chine et les pays concernés pour édifier et renforcer la confiance mutuelle ainsi que pour trouver des points de vue communs, a-t-il déclaré.

"En agissant de cette manière, nous pouvons trouver ensemble une solution acceptable et conforme aux pratiques internationales comme au droit international. Une telle solution sera soutenue par la communauté internationale", a-t-il ajouté.

De son côté, le ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian a plaidé pour une observation stricte de la convention des Nations-Unies sur le droit de la mer de 1982.

« Il est l’important d’élaborer un code de conduite en Mer Orientale » a-t-il affirmé tout en appelant les parties concernées à respecter pleinement la Déclaration sur la conduite des parties en Mer Orientale (DOC) et à accélérer les négociations pour parvenir, dans un meilleur délai, à un code de conduite des parties en Mer Orientale (COC).

En même temps, le discours du chef d'état-major général adjoint de l'Armée populaire de Libération (APL) de Chine, Sun Jianguo, a été critiqué par les intellectuels, notamment à propos de la responsabilité internationale de la Chine dans la mise en œuvre de la DOC ainsi que des conventions internationales.  

Lors de la 5e session plénière placée sous le thème «Poursuivre les objectifs de sécurité communs», les discours des représentants canadien et singapourien ont tous souligné le renforcement de la coopération pour régler de nouveaux défis tels le terrorisme, la cyber-sécurité, l’immigration illégale… qui menacent actuellement la paix, la stabilité et la sécurité de la région. –VNA